Ex-espion empoisonné: Londres va investir 54 millions d'euros dans la défense contre les armes chimiques

Ex-espion empoisonné: Londres va investir 54 millions d'euros dans la défense contre les armes chimiques
Ex-espion empoisonné: Londres va investir 54 millions d'euros dans la défense contre les armes chimiques - © Tous droits réservés

Le ministre britannique de la Défense a annoncé jeudi un investissement de 48 millions de livres (54 millions d'euros) dans la lutte contre les armes chimiques et la vaccination de milliers de soldats contre l'anthrax, dans la foulée de l'affaire Skripal.

Tandis que le ministre s'exprimait à Bristol (ouest de l'Angleterre), la cheffe du gouvernement, Theresa May, était attendue à la mi-journée à Salisbury (sud-ouest de l'Angleterre), où l'ex-espion russe Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Ioulia, 33 ans, ont été empoisonnés et retrouvés inconscients le 4 mars.

Lors de ce déplacement, son premier à Salisbury depuis le début de l'affaire, elle devait rencontrer des habitants et des membres des services d'urgence.

Jeudi matin, son ministre de la Défense, Gavin Williamson, a prononcé un discours lors duquel il a présenté sa "vision" d'une armée britannique "moderne", avec en toile de fond l'affaire Skripal.

Nouveau centre de défense

"Nous investissons 48 millions de livres dans un nouveau centre de défense contre les armes chimiques pour maintenir notre avance en matière d'analyse chimique et de défense", a déclaré Gavin Williamson.

Le ministre a indiqué que cette structure serait basée sur le site de Porton Down, un laboratoire à la pointe de la recherche sur les armes chimiques situé à quelques kilomètres de Salisbury (sud-ouest de l'Angleterre), où l'ex-espion russe Sergueï Skripal, 66 ans, et de sa fille Ioulia, 33 ans, ont été empoisonnés.

Spécialisé dans les armes chimiques et biologiques, Porton Down emploie plus de 3.000 scientifiques, dispose d'un budget annuel de 500 millions de livres (558 millions d'euros) et s'étend sur près de 1.100 hectares.

"Il est impératif de continuer à fournir des moyens aux forces armées, en particulier dans un monde où les menaces ne cessent de croître", a estimé Gavin Williamson, en s'en prenant à la Russie.

"Si nous doutions de la menace que la Russie fait peser sur nos concitoyens, nous n'avons qu'à regarder l'exemple choquant de leur attaque inconsidérée à Salisbury", a-t-il dit.

Theresa May a annoncé mercredi une série de sanctions contre Moscou, dont l'expulsion de 23 diplomates et le gel des contacts bilatéraux, jugeant Moscou "coupable" de l'empoisonnement.

 

Ex-espion russe assassiné au JT du 13/03

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK