Ethiopie : les députés approuvent l'imposition de l'état d'urgence dans la région du Tigré

Ethiopie : les députés approuvent l’imposition de l’état d’urgence au Tigré
Ethiopie : les députés approuvent l’imposition de l’état d’urgence au Tigré - © Tous droits réservés

Les députés éthiopiens ont approuvé jeudi l’état d’urgence décrété par le gouvernement fédéral dans la région dissidente du Tigré, sur fond d’escalade militaire en cours entre les autorités de cette région du nord et celles d’Addis-Abeba.

Etat d’urgence pour six mois au Tigré

Le Premier ministre Abiy Ahmed a décrété mercredi matin l’état d’urgence pour six mois au Tigré, peu après avoir annoncé le lancement d’opérations militaires contre les autorités de la région, qu’il accuse d’avoir attaqué des bases de l’armée éthiopiennes sur place.

Ahmed Abiy, lauréat du Prix Nobel de la paix en 2019, tente de rétablir l’autorité du gouvernement fédéral dans la région du Tigré, dirigée par le Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF) qui le défie depuis des mois. La Constitution oblige le gouvernement à soumettre le décret d’état d’urgence sous 48 heures à l’approbation de la Chambre des Représentants du Peuple. La Chambre basse a "approuvé à l’unanimité" jeudi matin l’imposition de l’état d’urgence, a rapporté la radio-télévision Fana BC, affiliée au pouvoir éthiopien.


►►► À lire aussi : Ethiopie : le Premier ministre annonce une riposte après l’attaque d’un camp militaire dans le Tigré


Un couvre-feu pourrait être imposé

L’état d’urgence donne au gouvernement "tous les pouvoirs nécessaires pour protéger la paix et la souveraineté du pays ainsi que maintenir la sécurité publique, la loi et l’ordre" et l’autorise à suspendre certains "droits politiques et démocratiques", selon la Constitution.

Concrètement, il lui permet d’imposer un couvre-feu, de mener des perquisitions sans mandat, de restreindre communications et déplacements et de placer en détention "toute personne soupçonnée d’activités illégales menaçant l’ordre constitutionnel", a expliqué à l’AFP un haut responsable du gouvernement.

L’état d’urgence pourrait être élargi si nécessaire au-delà du seul territoire du Tigré.

La poursuite des opérations militaires annoncée Premier ministre Abiy Ahmed

Mercredi soir, M. Abiy a annoncé à la télévision nationale la poursuite des opérations militaires au Tigré "dans les prochains jours", assurant qu’il en dévoilerait les détails quand elles seront terminées. Dans l’immédiat, aucune information n’est disponible sur les opérations en cours.

Les accrochages jusqu’ici semblent surtout concentrés dans l’Ouest du Tigré, selon des diplomates et des sources humanitaires. Mais il est très difficile d’avoir une idée précise de la situation sur le terrain, le réseau internet au Tigré ayant apparemment été coupé la nuit précédente, selon le site spécialisé Netblocks.

Le gouvernement n’a dans l’immédiat donné ni calendrier ni objectif clair de la campagne militaire, mais le porte-parole de la cellule de crise mise en place, Redwan Hussein, a déclaré mercredi que "l’objectif militaire est premièrement de maintenir la loi et l’ordre, ensuite de libérer le peuple tigréen" du TPLF.

 

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK