Etats-Unis: un an après la tuerie de Parkland, peu d'avancées en matière de contrôle des armes

Ce 14 février marque le premier anniversaire de la fusillade de Parkland, en Floride : 17 personnes avaient été tuées en 2018. Ce drame a déclenché un large mouvement de protestation, notamment de la part de jeunes étudiants du lycée touché par la tragédie. Mais un an plus tard, très peu de choses ont changé sur le plan législatif.

La fusillade de Parkland semblait avoir bousculé les consciences. Des centaines de milliers d’Américains de tout le pays s’étaient même rassemblés à Washington pour une manifestation intitulée "Marche pour nos vies" en mars dernier. Depuis, de jeunes étudiants sillonnent le pays pour tenter de changer les lois sur la vente d’armes. Mais très peu de choses ont bougé en un an, aucune mesure nationale d'ampleur n'a été prise.

L’une des rares avancées est l’interdiction des "bump stocks", ces appareils qui permettent de transformer une arme semi-automatique en une arme automatique.

Au niveau des Etats, il y a eu plus d’avancées. Plusieurs d’entre eux ont créé une "alerte rouge" permettant aux juges d'ordonner de saisir les armes de personnes jugées mentalement instables. Et la Floride a approuvé une loi faisant passer la majorité à 21 ans au lieu de 18 ans pour l’achat d’une arme.

Mais la violence par arme à feu ne semble pas avoir diminué. Depuis la tuerie de Floride, 1200 jeunes américains ont été tués par balles.

Mais les jeunes militants ne baissent pas les bras. Prochain objectif : la campagne présidentielle de 2020, ils vont tenter de limiter le poids de la NRA, le lobby des armes.

Journal télévisé 16/02/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK