Etats-Unis : Pompeo se rend au Soudan, une première en 15 ans pour les Américains

Etats-Unis : Pompeo se rend au Soudan, une première en 15 ans pour les Américains
Etats-Unis : Pompeo se rend au Soudan, une première en 15 ans pour les Américains - © Tous droits réservés

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo est arrivé mardi au Soudan dans le cadre de sa tournée régionale pour tenter de convaincre d’autres pays arabes de normaliser leurs relations avec Israël dans le sillage des Emirats arabes unis.

C’est la première visite en quinze ans d’un chef de la diplomatie américaine dans ce pays, depuis celle de Condoleezza Rice en 2005. Elle se déroule dans des conditions de sécurité renforcées.

Trajet symbolique aussi car M. Pompeo a quitté Israël pour le Soudan à bord du "premier vol officiel direct" entre Tel-Aviv et Khartoum, les deux pays n’ayant jamais entretenu de relations diplomatiques.

Ils sont même techniquement en guerre et, durant les 30 ans de pouvoir d’Omar el-Béchir, le Soudan a accueilli des islamistes radicaux, notamment Oussama ben Laden qui y a vécu de 1993 à 1996 avant de s’installer en Afghanistan.

C’est d’ailleurs pour punir le Soudan de ses mauvaises fréquentations que les Etats-Unis lui ont imposé des sanctions à partir des années 1990.


►►► À lire aussi : Accord Israël/Emirats : Mike Pompeo "optimiste" sur une normalisation des relations avec d’autres pays arabes


Les contacts entre Washington et Khartoum n’ont fait que se dégrader et, en 1997, leurs relations diplomatiques ont été abaissées au niveau de chargés d’affaires. Ce n’est qu’en janvier qu’ils ont renvoyé des ambassadeurs.

La chute d’Omar el-Béchir a en effet changé la donne.

Le nouveau gouvernement de transition, formé en septembre 2019 après les manifestations populaires ayant mis fin à 30 ans de dictature, a décidé de se rapprocher des Etats-Unis et d’agir pour que le Soudan soit retiré de la liste noire des pays soutenant le terrorisme.


►►► À lire aussi : Révolution législative au Soudan : l’excision pénalisée, les non-musulmans protégés


Les autorités soudanaises ont indiqué début août "être prêtes à continuer de travailler avec l’administration américaine, afin de favoriser un climat qui aidera à retirer le nom du Soudan de la liste des pays soutenant le terrorisme et à entrer dans un partenariat (avec les Etats-Unis) qui bénéficiera aux deux pays".

Mike Pompeo doit rencontrer à Khartoum le Premier ministre Abdallah Hamdok et le général Abdel Fattah al-Burhane, qui préside le Conseil souverain à la tête du pays, "pour exprimer son soutien à un approfondissement des relations Israël-Soudan" et à la "transition" dans ce pays, selon le Département d’Etat.

La tâche ne sera pas facile. La coalition des partis et de la société civile, qui a dirigé la contestation ayant renversé Omar al-Béchir, a affirmé mardi que le gouvernement n’avait pas de mandat pour normaliser les relations entre le Soudan et Israël.

Arrivée et début de la visite de Mike Pompeo à Khartoum, le 25 août

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK