Insurrection à Washington : le Congrès obtient les voix nécessaires pour mettre Donald Trump en accusation

Insurrection à Washington: les démocrates déposent un article de mise en accusation pour "incitation à la rébellion" contre Donald Trump
Insurrection à Washington: les démocrates déposent un article de mise en accusation pour "incitation à la rébellion" contre Donald Trump - © SAUL LOEB - AFP

Le Congrès a obtenu mercredi les voix nécessaires à la mise en accusation de Trump. Plus tôt dans la matinée, la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, avait ouvert un débat de fond sur la mise en accusation du président américain Donald Trump.

Le seuil de 217 voix en faveur de l'inculpation du président sortant a été dépassé, la Chambre à majorité démocrate continuant à voter sur l'adoption de l'acte d'accusation visant le milliardaire républicain, dans une capitale fédérale sous haute tension. Dix républicains ont déjà voté avec les démocrates en faveur de l'impeachment.

Le procès de Donald Trump, par les sénateurs, devrait se dérouler après son départ de la Maison Blanche, le 20 janvier.

"Incitation à la rébellion"

Les démocrates ont déposé un article de mise en accusation accusant le président républicain Donald Trump d'"incitation à la rébellion". Donald Trump est "un danger évident et immédiat", il "doit partir", a, en outre, souligné Nancy Pelosi.


►►► De l'insurrection à la mise en accusation de Trump: retour sur la semaine qui a tout changé


"Depuis l'élection présidentielle de novembre, une élection que le président a perdu, il a menti de manière répétée sur les résultats", cherché à semer le doute sur le processus électoral et "à influencer les responsables locaux de façon non constitutionnelle" pour rejeter la victoire de Joe Biden, a ajouté Nancy Pelosi.

Une erreur

Si les élus républicains se sont opposés à cette destitution, cela n'a pas été le cas pour tous.

"Nous devrions être concentrés sur (la façon de) rassembler la nation et au lieu de cela, les démocrates vont mettre le président en accusation une seconde fois une semaine avant qu'il quitte ses fonctions", a lancé le parlementaire républicain Jim Jordan, fervent supporteur de Donald Trump.

Pour les démocrates, l'objet "a toujours été de s'en prendre au président, peu importe comment", a-t-il dit, dénonçant "une obsession" de l'opposition.

Un autre républicain, Andy Biggs, a prédit une "victoire à la Pyrrhus" des démocrates qui feront de Donald Trump "un martyr".


►►► Craintes de violences à Wahington: Airbnb annule et bloque les réservations pour l'investiture de Joe Biden


Une mise en accusation de Donald Trump une semaine avant la fin de son mandat serait "une erreur", a lui assuré le chef des républicains à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy.

Le président sortant porte une "responsabilité" dans les violences du Capitole, le 6 janvier, a-t-il admis, demandant la création d'une "commission d'enquête" et le vote d'une "motion de censure".

Le chef républicain du Sénat Mitch McConnell a par contre fait savoir mercredi qu'il n'excluait pas de voter la destitution de Donald Trump. "Je n'ai pas pris ma décision définitive sur mon vote, j'ai l'intention d'écouter les arguments juridiques quand ils seront présentés au Sénat", a-t-il écrit à ses collègues républicains dans une note rendue publique. 


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK