Etats-Unis: 22 États et 7 grandes villes attaquent la politique environnementale de Trump

Meeting de Trump en 2018 en Virginie occidentale
Meeting de Trump en 2018 en Virginie occidentale - © MANDEL NGAN - AFP

Aux États-Unis, 22 États ainsi que 7 grandes villes ont décidé de porter plainte contre la politique environnementale du gouvernement. D’après les médias américains, les plaignants ont dénoncé mardi (heure locale) la suppression de régulations pour les centrales thermiques à charbon.

Cette suppression serait en désaccord avec la loi de préservation de l’air, "Clean Air Act". L’agence américaine de l’environnement (EPA) avait rayé cette régulation de l’administration Obama en juin, provoquant l’indignation et l’inquiétude des organisations de préservation de l’environnement.

Parmi les plaignants se trouvent notamment les États de Californie, du New Jersey et de Virginie tout comme les villes de New York, de Los Angeles et de Chicago. Ils ont déposé leur plainte devant le district de Columbia.

La nouvelle réglementation, entrée en vigueur en juin, prévoit que l’industrie énergétique américaine ne doit plus que baisser de 35% ses émissions de dioxyde de carbone. D’après un rapport du "Washington Post", ce nouveau seuil représente moins de la moitié du taux conseillé par les experts de l’environnement pour éviter une aggravation catastrophique du réchauffement climatique.

Le chef de l’EPA, Andrew Wheeler, avait été désigné par le président américain Donald Trump. Anciennement lobbyiste pour le secteur du charbon, M. Wheeler avait annoncé qu’il comptait sur la réouverture d’un nombre important de centrales thermiques à charbon après que beaucoup ont été fermées par le passé.

Mardi, la procureure générale de l’État de New-York, Letitia James, avait annoncé sur Twitter que "sans réactions conséquentes nous allons droit vers une catastrophe climatique. Les résultats des recherches scientifiques ne peuvent être contestés."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK