Le groupe Etat islamique menace à nouveau de tuer le pilote jordanien

Le groupe Etat islamique menace à nouveau de tuer le pilote jordanien
Le groupe Etat islamique menace à nouveau de tuer le pilote jordanien - © KHALIL MAZRAAWI - BELGAIMAGE

Le groupe Etat islamique (EI) a proféré jeudi de nouvelles menaces de mort envers un pilote jordanien retenu en otage, réclamant la libération d'une djihadiste irakienne, via un message audio lu par un autre captif, le Japonais Kenji Goto, a indiqué le centre américain de surveillance des sites islamistes (SITE).

L'EI veut échanger l'Irakienne Sajida al-Rishawi contre M. Goto. "Si Sajida al-Rishawi n'est pas prête à être échangée contre ma vie à la frontière turque jeudi 29 janvier d'ici au coucher du soleil, heure de Mossoul, le pilote jordanien Mia'dh al-Jasaben (Maaz al-Kassasbeh) sera exécuté immédiatement", dit M. Goto dans un message non authentifié diffusé via des comptes Twitter liés à l'organisation.

Cet enregistrement a été posté quelques heures après l'expiration d'un précédent ultimatum de l'EI exigeant la libération de Sajida al-Rishawi. Dans une vidéo diffusée mardi, l'EI avait en effet averti qu'il exécuterait dans les 24 heures le pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh et l'otage japonais Kenji Goto si Sajida al-Rishawi n'était pas libérée.

Entretemps, la Jordanie s'est dite prête à libérer al-Rishawi, condamnée à mort dans ce pays pour sa participation à une vague d'attentats en 2005, mais Amman souhaite en retour avoir des assurances que son pilote sera libéré en vie.

L'EI s'en tient dans le plus récent message à proposer l'échange de M. Goto contre l'Irakienne, mais pas du pilote. Or ce dernier est la priorité d'Amman, devant le Japonais. Selon les experts, le chantage de l'EI vise notamment à brouiller les relations entre Tokyo et Amman en forçant le gouvernement japonais à faire pression sur son homologue jordanien pour qu'il consente à jouer sa meilleure carte (la prisonnière irakienne) afin de sauver l'otage nippon.

Authenticité vérifiée

Le gouvernement japonais a estimé jeudi que la voix entendue sur ce nouveau message de menace attribué au groupe Etat islamique (EI) était très probablement celle de l'otage nippon Kenji Goto, ce qui accréditerait la provenance de la vidéo en question.

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, avait indiqué auparavant que ses services en vérifiaient l'authenticité.

Sans que celle-ci soit encore formellement démontrée, le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, a déclaré peu après: "il y a une très forte probabilité que la voix du message soit celle de M. Goto".

"Nous allons faire de notre mieux pour obtenir sa libération au plus vite", a affirmé M. Abe. Il a répété que Tokyo avait demandé la coopération de la Jordanie qui est est également concernée par cette affaire puisqu'un de ses pilotes est détenu avec M. Goto et menacé d'être exécuté jeudi.

M. Abe a présidé ensuite une réunion des membres concernés du gouvernement.

 


RTBF avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK