Est-ce la fin de l'Etat islamique en Irak et en Syrie?

Mardi soir, une attaque terroriste perpétrée par un "soldat" de l'Etat islamique a encore fait 8 morts à Manhattan. Si les revendications d'attentats du groupe terroriste continuent, force est de constater que l'EI perd sérieusement du terrain en Irak et en Syrie.

Des offensives décisives sont menées en ce moment dans la ville irakienne Al-Qaïm et la ville syrienne de Deir Ezzor. A ces endroits, les combattants de l'Etat islamique tenaient encore une zone à cheval entre la Syrie et l'Irak. Mais aujourd'hui, ils perdent les deux dernières villes qu'ils contrôlaient.

En Syrie, l'armée syrienne - soutenue par la Russie - a repris le contrôle complet de Deir Ezzor, ville qui se trouve à 130 kilomètres de la frontière irakienne et comptait plus de 280.000 habitants avant la guerre.

En Irak, les forces gouvernementales soutenues par les Etats-Unis sont entrées dans al-Qaïm, dernière ville tenue par les djihadiste et située sur la frontière entre l'Irak et Syrie.

L'étau se resserre

Même si les combats ne sont pas encore terminés, il s'agit bien d'une étape majeure. Néanmoins, on ne peut pas encore tout à faire dire que cela signifie la fin de la présence du groupe terroriste en Irak et en Syrie. En Syrie, il reste encore 130 kilomètres séparant Deir Ezzor de la frontière, le long de la vallée de l'Euphrate. Il y a là-bas encore des villages tenus par le groupe Etat islamique, mais plus de véritables villes.

Cela prendra donc encore quelques jours voire quelques semaines avant que l'étau ne se resserre complètement sur les djihadistes. A ce moment, ils n'auront plus de contrôle sur le territoire.

Il faut toutefois rester prudent: certains parviendront sans doute se cacher, comme leur chef Abu Bakr al-Baghdadi, jusqu'à présent  introuvable. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK