Espagne : victime d’une escroquerie il y a 40 ans, le village de vacances de Suelves, qui avait séduit des Belges, tente de se relever

Des chalets abandonnés, une immense piscine vide, un magasin en ruine : Suelves est un village fantôme qui ne ressemble pas vraiment à l’endroit rêvé pour passer ses vacances. Situé en pleine nature au pied des Pyrénées, le hameau est isolé : pour y accéder il faut emprunter une piste de terre en mauvais état. Ici, des familles belges, hollandaises et allemandes auraient pu profiter d’un coin de verdure chaque été.

Mais il y a près de 40 ans, l’investisseur a laissé tomber ses clients et a disparu avec l’argent. Ce village de vacances haut de gamme devait recevoir chaque été près de 2000 personnes, il est finalement devenu la victime d’une escroquerie immobilière, une pratique malheureusement courante en Espagne.

5 images
Une immense piscine vide à Suelves, un village fantôme qui ne ressemble pas vraiment à l’endroit rêvé pour passer ses vacances © Henry de Laguérie

Rien de tout ce qui avait été promis n’a été fait

En 1979, les parents de Gina Jansen ont acheté une maison avec vue sur la vallée. On leur avait promis une piscine, un terrain de tennis, un restaurant et bien d’autres équipements. Ils n’ont finalement eu qu’une petite maison à moitié construite.

Aujourd’hui, lorsqu’elle vient en vacances, la retraitée qui a hérité du pavillon n’a ni eau courante ni électricité. "Rien de tout ce qui avait été promis n’a été fait. Et c’est tellement triste quand j’y repense, explique Gina en regardant les larmes aux yeux la brochure publicitaire "Back to paradise" qui avait convaincu les acheteurs. Ça aurait pu être tellement mieux. Si l’électricité et l’eau courante étaient installées, mes petits-enfants pourraient venir en profiter".

Des familles belges font de la résistance

Malgré les conditions difficiles, une vingtaine de familles belges font de la résistance mais seul un couple vit ici à l’année. Et tous les jours c’est le système D pour Rony et Godelieve Volckaerts, qui eux non plus n’ont ni électricité ni eau courante. "On récupère l’eau de pluie et avec une pompe ça entre dans la maison" explique Rony. "On a la radio, la télé et internet. Ce n’est pas si difficile".

La maison a été rachetée à l’une des familles victimes de la fraude. Elle ne leur a coûté que 30.000 euros. L’escroquerie a été une véritable opportunité pour cette ancienne femme de ménage et ce chauffeur routier. "La maison nous a coûté moins cher et ici on est tranquille : il n’y a personne autour de nous !".

Tout ça n’aurait jamais dû arriver

Mais pour ceux comme José Sanchez qui ont travaillé à la construction de ce village de vacances, c’est l’amertume qui domine. "Ça me fait de la peine, parce que j’ai construit tout ça ! Aujourd’hui, dans ces petites maisons des gens devraient être en train de vivre, explique l’homme au milieu d’une maison délabrée. Tout ça n’aurait jamais dû arriver, et malheureusement ce genre d’arnaque arrive trop souvent en Espagne".

Se battre pour offrir un avenir au village

Le sol et la plupart des bâtiments appartiennent à un créancier qui se désintéresse du hameau. Mais aujourd’hui, les Espagnols qui ont connu Suelves avant l’arrivée des promoteurs immobiliers se battent pour offrir un avenir au village.

Antonio Lascorz a vécu jusqu’à l’âge de 13 ans au village avant qu’il soit vendu. Il veut redonner vie au hameau. "On a l’espoir qu’un jour ce territoire retrouve la vie qu’il pourrait avoir. En ce moment, ce bâtiment qui devrait être un bar restaurant ne l’est pas car le plan d’urbanisme ne le permet pas et que le propriétaire ne fait rien pour que cela change".

Suelves ne sera peut-être pas le paradis promis mais la piste d’accès sera goudronnée d’ici quelques mois. Un premier pas pour tous ceux qui veulent encore y croire.

Sur le même sujet : JT de 19H30 (28 septembre 2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK