Espagne: prolongation de 15 jours de l'état d'urgence

Le gouvernement espagnol décidé de prolonger de 15 jours l'état d'urgence dans le pays à cause de l'épidémie de coronavirus. Le confinement général a été décidé le 14 mars. Le Premier ministre Pedro Sanchez a communiqué la nouvelle mesure aux autorités régionales par téléconférence et demandera l'autorisation du Parlement.

Pedro Sanchez avertit : "Nous sommes à un moment critique". "Des jours très durs s'annoncent auxquels nous devons nous préparer du point de vue psychologique et émotionnel". "Le pire reste à venir", a-t-il insisté, évoquant une situation sans précédent depuis la Guerre civile espagnole.

L'Espagne sera donc confinée strictement jusqu'à Pâques.

Mobilisation générale

Hier samedi, le coronavirus a fait près d'un tiers de morts de plus en 24 heures. Le pays a aussi décidé la mobilisation de 52.000 soignants en renfort dont 14.000 médecins et infirmiers à la retraite.

Un hôpital de campagne de plus de 5.000 lits est en construction à Madrid, des centaines de milliers de masques chirurgicaux sont distribués, de nouveaux hôtels médicalisés pour accueillir des malades aménagés, et 640.000 kits de laboratoire attendus, pour augmenter la capacité de tester les cas suspects. Et l'Esapgne négocie une commande de six millions de kits supplémentaires à l'étranger, a-t-il ajouté.

Trente-sept jours après le premier décès en Espagne, le nombre des morts est passé à 1326, en progression de 32% depuis vendredi, selon le ministère de la Santé. 

"Nous avons besoin de gagner du temps, pour mieux préparer notre système de santé", a expliqué Pedro Sanchez samedi à la télévision, parlant de "course contre la montre" pour procurer les équipements nécessaires.

L'Espagne est le troisième pays pour le nombre des cas confirmés, derrière la Chine et l'Italie, et devant l'Iran, mais ces chiffres sont à relativiser puisqu'ils dépendent du nombre des tests réalisés.

La mortalité atteint en Espagne 5,3% des cas, avec un maximum de 9% dans la région de Madrid, la plus touchée avec 60% des décès. "La mortalité concerne fondamentalement les personnes âgées de plus de 70 ans", a dit une responsable du Centre des alertes sanitaires, Maria Josa Serra. "Près de 70% des patients placés dans des unités de soins intensifs ont plus de 60 ans", a-t-elle ajouté.

Mobiliser l'industrie

Tandis que les services d'urgence se plaignent d'un manque cruel d'équipements de protection, M. Sanchez a annoncé la distribution "dans les prochaines heures" d'1,3 million de masques.

Mais le gouvernement parle aussi aux industriels pour que l'Espagne produise elle-même les tests et le matériel de protection nécessaires face à cette vague du Covid-19 mais aussi d'autres pandémies à venir, a souligné le Premier ministre.

350.000 tests de coronavirus ont été réalisés à ce jour et "actuellement on en fait approximativement 15.000 par jour", selon ses services.

Depuis le 14 mars, les 46 millions d'Espagnols n'ont pas le droit de quitter leur domicile sauf pour travailler s'ils ne peuvent pas le faire de chez eux, acheter des médicaments ou de la nourriture ou encore brièvement sortir leur chien.

"La réponse des citoyens est exemplaire", a assuré le chef du gouvernement qui a cependant mis en garde contre la diffusion de fausses nouvelles susceptibles de semer la panique.

Le directeur opérationnel de la police nationale, Jose Angel Gonzalez, a critiqué "une minorité d'irresponsables", qui ont tenté de profiter du week-end pour quitter les villes et révélé que 6000 contraventions avaient été dressées vendredi.

Quelque 2800 militaires étaient déployés samedi. Ils désinfectent les gares et les aéroports, transportent des malades entre les hôpitaux, montent des équipements...

Ils vont aussi commencer à effectuer des opérations de désinfection dans les résidences de personnes âgées de la communauté de Madrid, a annoncé M. Sanchez.