Espagne: les socialistes et Podemos voteront contre l'investiture d'un gouvernement Rajoy

Le Premier ministre sortant Mariano Rajoy  et sa femme Elvira Fernandez au soir des législatives le 20 décembre 2015 à Madrid
3 images
Le Premier ministre sortant Mariano Rajoy et sa femme Elvira Fernandez au soir des législatives le 20 décembre 2015 à Madrid - © AFP

Le Parti socialiste et le parti de gauche radicale Podemos ont annoncé lundi qu'ils voteraient contre l'investiture d'un gouvernement espagnol formé par le conservateur sortant Mariano Rajoy, compliquant sa reconduction.

"Le PSOE va voter non au Parti populaire et à Rajoy", a déclaré le secrétaire d'organisation du Parti socialiste espagnol, Cesar Luena, deuxième force politique, avec 22% des suffrages et 90 sièges.

"Podemos ne permettra d'aucune manière un gouvernement du PP", a de son côté déclaré Pablo Iglesias, dirigeant de cette formation de gauche radicale, arrivée troisième avec 20,6 % des voix et disposant avec ses alliés de 69 sièges à la chambre des députés.

Le parti libéral Ciudadanos ayant déjà annoncé qu'il s'abstiendrait, M. Rajoy n'aurait ainsi pas les voix pour être investi.

La Constitution prévoit que le roi désigne, après consultations, un candidat chargé de former un cabinet qui doit être investi par la chambre. Pour ce faire, il doit obtenir la majorité absolue des sièges, 176 sur 350. En cas d'échec, l'investiture est possible à la majorité simple, que Mariano Rajoy n'obtiendrait pas.

En effet, avec ses 123 sièges et faute du soutien de Ciudadanos, le Parti Populaire serait forcément bloqué par PSOE et Podemos qui ont ensemble 159 sièges.

"La balle est dans le camp du PSOE. Il doit décider s'il s'abstient et permet la constitution d'un gouvernement (...) j'espère qu'ils prendront (cette) décision", avait déclaré auparavant Albert Rivera, le leader de Ciudadanos.

Après un premier vote d'investiture dont la date n'a pas été fixée, le Parlement disposera de deux mois pour investir un gouvernement, faute de quoi le gouvernement devra convoquer de nouvelles élections.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK