Espagne : le parc de Donana menacé par l'agriculture intensive

En plus de l'agriculture, d'autres projets industriels menacent plus encore le Donana, comme le dragage du fleuve Guadalquivir, la réouverture d'une mine ou encore des projets d'extraction de gaz.
En plus de l'agriculture, d'autres projets industriels menacent plus encore le Donana, comme le dragage du fleuve Guadalquivir, la réouverture d'une mine ou encore des projets d'extraction de gaz. - © CRISTINA QUICLER - AFP

Le parc national de Donana en Andalousie dans le sud de l'Espagne est un site naturel protégé et pourtant il est gravement menacé. Le parc est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, mais il manque tellement d'eau que des centaines d'espèces rares sont en danger. Ce qui pose problème, c'est l'agriculture intensive qui entoure le parc.

Le parc de Donana, c'est une mosaïque de paysages: imaginez des lagunes, des marais, des dunes, des plages vierges sur plusieurs dizaines milliers d'hectares. L'immense réserve abrite des espèces rares : "Dognana est une escale chaque année, pour 6 millions d'oiseaux migrateurs, explique Eva Hernandez de WWF Espagne. Il y a des centaines d'espèces d'oiseaux, amphibiens, reptiles. C'est vraiment un espace riche de biodiversité".

Les fraises qui fâchent

Le parc héberge aussi le lynx ibérique, une espèce en voie de disparition. Mais aujourd'hui, le parc de Donana s'assèche. L'une des raisons, c'est l'agriculture intensive qui s' y développe, notamment les cultures de fraises. "Ça s'étend depuis les années 80. Ces fermes entrent en concurrence avec le parc national, parce que les agriculteurs puisent de l'eau dans les mêmes nappes qui approvisionnent le parc, à la saison la plus critique", enchaîne Eva Hernandez.

Une mort lente

Le WFF a dénombré 1000 puits illégaux et 3000 fermes illégales qui assèchent le parc de Donana. Et il y a des conséquences : "Ce que l'on voit, c'est que le parc meurt lentement, constate Eva Hernandez. On voit que le biodiversité se réduit depuis les années 70. Et avec le cadre légal que nous avons aujourd'hui, c'est quelque chose que nous ne pouvons pas accepter, en Europe, non?"

D'autres projets industriels menacent plus encore le Donana, comme le dragage du fleuve Guadalquivir, la réouverture d'une mine ou encore des projets d'extraction de gaz. WWF critique l'immobilisme des autorités espagnoles.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK