Espagne: le chef des Hells Angels en Europe arrêté aux Baléares

Espagne: le chef des Hells Angels en Europe arrêté aux Baléares
Espagne: le chef des Hells Angels en Europe arrêté aux Baléares - © Tous droits réservés

La police espagnole a annoncé mercredi avoir arrêté le chef en Europe des Hells Angels, vivant dans le luxe sur l'île de Majorque aux Baléares, lors d'une opération contre 25 personnes soupçonnées de violences.

Cette opération "a permis de localiser à Majorque le leader européen des Hells Angels", a affirmé la police dans un communiqué. Selon une source policière interrogée par l'AFP, il s'agit d'un Allemand du nom de Frank Hanebuth.

En tout, "25 personnes ont été arrêtées aux Baléares", soupçonnées "d'association illicite, racket, menaces, blanchiment de capitaux, délits relatifs à la prostitution, recel et escroquerie", poursuit la police, qui estime avoir du même coup démantelé "la structure de blanchiment d'argent de l'organisation en Espagne".

Il s'agissait du sous-groupe "le plus important" de l'organisation, selon le communiqué.

La police ne donne pas les nationalités des personnes arrêtées mais une source avait indiqué dès mardi que l'une d'elles était recherchée pour un homicide en Allemagne.

Trente perquisitions ont permis la saisie "d'armes à feu, d'armes blanches, de dix voitures, quatre motos de luxe, de bateaux, de près de 50.000 euros, de nombreux bijoux et diverses quantités de cocaïne, marijuana et d'anabolisants".

"Le principal chef en Europe (des Hells Angels) contrôlait les activités du groupe depuis les Baléares, où il était propriétaire d'une demeure d'une valeur estimée de 2,5 millions d'euros", affirme la police, qui a diffusé des images montrant seulement les bras tatoués de deux hommes interpellés.

Les membres des Hells Angels, définis par Interpol comme "des individus hautement violents qui ont un mépris total pour la vie humaine", avait choisi Majorque "pour sa situation géographique et la présence d'étrangers, victimes potentielles de son racket".

Le groupe comptait sur deux voies principales de financement, selon la police. D'une part, ses membres forçaient des femmes à se prostituer "sous la menace" en Allemagne. Les autres fonds provenaient du racket. "Les victimes se sentaient très intimidées par le caractère violent et agressif des racketteurs, dont certains sont experts en arts martiaux".

Les Hells Angels basés en Espagne avaient prévu de blanchir ces fonds en investissant "une partie importante de l'argent venant des activités en Allemagne et en Turquie dans la construction d'un circuit de Formule 1 à Majorque".

L'opération a été menée en coopération avec les polices allemande, autrichienne et hollandaise ainsi qu'Interpol et Europol.

 


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK