Espagne: la droite conserve la région de Madrid grâce à l'extrême droite

Isabel Diaz Ayuso (G), qui devrait diriger la région de Madrid, participe à un rassemblement dans la capitale, le soir des élections du 26 mai
Isabel Diaz Ayuso (G), qui devrait diriger la région de Madrid, participe à un rassemblement dans la capitale, le soir des élections du 26 mai - © OSCAR DEL POZO

Les conservateurs du Parti populaire, qui ont perdu le pouvoir en Espagne en 2018 à la suite d'un scandale de corruption, devaient s'assurer mercredi de la présidence de la région de Madrid avec les voix de l'extrême droite, conservant un fief important malgré une série de revers électoraux.

Concurrencé par Ciudadanos (centre-droit) et par Vox (extrême droite), le PP, éjecté du gouvernement national par une motion de censure en juin 2018, a obtenu aux législatives d'avril, puis aux municipales et régionales de mai, des scores historiquement faibles, bien qu'il reste la première force à droite.

Mais en passant des accords avec ces deux partis, il a maintenu pratiquement intact son pouvoir territorial, reprenant même à la gauche les mairies de Madrid et de Saragosse.

Après deux mois de négociations, la candidate du PP Isabel Diaz Ayuso devait sauf coup de théâtre être investie à la tête de la région de Madrid, la plus riche d'Espagne, forte de 6,6 millions d'habitants, avec les voix de Ciudadanos et de Vox.

Elle sera la troisième conservatrice à gouverner une région grâce aux voix de l'extrême droite, après Juan Manuel Moreno arrivé au pouvoir en Andalousie (sud) en janvier, et Fernando Lopez-Miras, qui dirige la petite région de Murcie (sud-est) depuis juillet.

Comme ses deux homologues, Isabel Diaz Ayuso gouvernera en coalition avec Ciudadanos, tandis que Vox, dont les élus lui sont indispensables pour avoir une majorité, reste hors de l'exécutif.

"Nous ne reculerons pas d'un millimètre"

La dirigeante de Vox, Rocio Monasterio, a assuré que son parti ne les soutiendrait pas dans tous les cas.

"Nous ne reculerons pas d'un millimètre dans la défense de nos électeurs", a-t-elle promis devant l'assemblée régionale.

"Notre engagement avec le Parti populaire et Ciudadanos se termine là où commence le vôtre avec nous, c'est-à-dire après ce vote", a ajouté la porte-parole du parti ultraconservateur, créé en 2014 par des déçus du PP et qui s'est installé ces derniers mois dans le paysage politique espagnol.

Mme Diaz Ayuso a elle mis l'accent sur les points communs entre leurs deux partis.

"Rien que voir les réactions que vos mots suscitent à gauche (...) me démontre que vous et moi sommes plus unies qu'ils ne le souhaiteraient", lui a-t-elle répondu.

Elle a promis d'importantes baisses d'impôts dans la région que son parti dirige sans interruption depuis 24 ans, et où des scandales de corruption ont emporté plusieurs de ses prédécesseurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK