Espagne: l'indépendance catalane balayée par les députés

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy le 8 avril 2014 à la Chambre des députés à Madrid
2 images
Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy le 8 avril 2014 à la Chambre des députés à Madrid - © Pierre-Philippe Marcou

Les députés espagnols ont massivement rejeté, mardi, le projet de référendum sur l'indépendance de la Catalogne, que les nationalistes au pouvoir dans cette région veulent organiser le 9 novembre, encouragés par une lame de fond dans l'opinion publique.

"Je ne conçois pas une Espagne sans la Catalogne ni une Catalogne hors de l'Espagne et de l'Europe", a déclaré le chef du gouvernement de droite, Mariano Rajoy, farouchement opposé à un referendum.

Devant la Chambre des députés, il venait d'écouter les représentants des partis nationalistes et indépendantistes catalans, venus plaider pour un transfert de compétences de l'Etat espagnol à la région afin que celle-ci puisse organiser la consultation.

Après sept heures de débats, les députés ont comme prévu rejeté cette demande à une écrasante majorité - 299 voix contre, 47 pour et une abstention -, le Parti populaire de Mariano Rajoy, l'opposition socialiste et plusieurs petits partis ayant voté contre.

"Nous sommes venus au nom d'un peuple, le peuple catalan, qui veut et a toujours voulu se gouverner lui-même", avait lancé à l'ouverture du débat Jordi Turull, le représentant de la coalition nationaliste CiU du président catalan, Artur Mas.

Vers une proclamation d'indépendance unilatérale?

"Soyez sûrs que le moment est venu que la Catalogne vote et décide de son avenir", a-t-il ajouté. "Que personne ne s'y trompe: le peuple catalan ne s'est pas mis dans une voie sans issue. Il s'est engagé sur un chemin sans retour, un chemin démocratique et pacifique pour décider de son avenir", a affirmé le député nationaliste.

Malgré le résultat attendu du vote, les dirigeants indépendantistes et nationalistes catalans, à commencer par Artur Mas, sous très forte pression de leur opinion publique, avaient averti qu'ils poursuivraient sur la voie de l'autodétermination.

"Le 9 novembre, nous voterons. Nous ne renoncerons pas à la consultation parce que c'est notre dignité qui est en jeu", affirmait samedi Carme Forcadell, présidente de l'Assemblée nationale catalane (ANC), un puissant lobby favorable à l'indépendance à l'origine d'immenses rassemblements depuis deux ans le 11 septembre, Jour de la Catalogne.

L'ANC a annoncé un calendrier devant conduire à une proclamation d'indépendance, même unilatérale, au plus tard le 23 avril 2015, jour de la Sant Jordi (Saint Georges), le saint patron des Catalans.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK