Espagne: des jeunes manifestent contre la crise qui les pousse à s'exiler

Au rythme des sifflets et des tambours, des centaines de manifestants ont défilé à Madrid derrière une grande banderole portant les mots : "Nous ne partons pas, ils nous jettent dehors"; et en criant : "Nous ne voulons pas partir".

Des manifestations semblables se sont déroulées dans plusieurs villes, dont Barcelone et Saragosse (nord-est), ainsi que dans une trentaine d'autres villes à l'étranger, de Vancouver à Vienne, à l'appel du collectif Juventud sin futuro (Jeunes sans avenir). Le collectif a publié des photos sur son site internet, montrant par exemple huit jeunes Espagnols qui se sont rassemblés à Ho Chi Minh Ville, au Vietnam, ou un groupe d'une cinquantaine de manifestants à Berlin. "Nous voulons dénoncer l'exil forcé auquel sont contraints les jeunes espagnols à cause du manque de travail", a expliqué Mikel Revuelta, un porte-parole de Juventud sin Futuro.

Le collectif a rassemblé plus de 7000 courts témoignages d'Espagnols qui pensent quitter le pays ou sont déjà partis, accessibles sur une carte du monde interactive publiée sur internet. Ils racontent par exemple l'histoire d'un médecin qui travaille comme serveur et guide touristique en République dominicaine, ou celle d'un moniteur de ski en Islande.

Alors que l'Espagne affiche un taux de chômage de 26%, les jeunes sont très durement frappés, avec un taux de 55% chez les 16-24 ans. La difficulté à trouver du travail conduit de très nombreux jeunes Espagnols, souvent diplômés, à partir tenter leur chance à l'étranger, notamment en Allemagne, en Grande-Bretagne ainsi qu'en Amérique Latine.

70 pour cent des Espagnols de moins de 30 ans pensent partir s'installer à l'étranger, selon une étude publiée en février par le Real Instituto Elcano, un institut de recherche.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK