Espagne: des centaines de milliers de clients floués par leurs banques

Mais aujourd'hui le système bancaire espagnol est au bord de la faillite. Conséquence : les banques ne peuvent plus rendre l'argent. L'épargne de ces centaines de milliers d'espagnol a disparu.

José Belmonte a travaillé toute sa vie dans l’usine Seat de Barcelone. Ouvrier qualifié puis contremaitre, en 41 ans de carrière, il a économisé 50 000 euros. Au moment de prendre sa retraite, en 2004, il place son argent, sur les conseils de sa banque, et il achète des participations préférentielles un dépôt à haute rentabilité avec un taux de rémunération à 7% par an, récupérable à tout moment. Mais, depuis, la crise est passée par là et sa banque est incapable de lui rendre son argent: "A l’époque, on m’a expliqué que c’était un placement normal et sans risques, que je pouvais être tranquille. C’est d’ailleurs la conseillère qui s’est toujours occupée de mon argent qui me l’a proposé. Je lui ai fait confiance et voilà, c’est l’épargne de toute une vie qu’ils m’ont volée."

Comme José, des centaines de milliers d’Espagnols ayant souscrit à ces produits financiers toxiques sont ruinés. Parmi eux, beaucoup de retraités, des moins de 18 ans mais aussi des handicapés et des analphabètes qui ont signé leur contrat d’une simple croix. Pedro Torres a été abusé par le directeur de sa banque. Cet homme de 72 ans a perdu 30 000 euros: "Je me sens trompé, frustré. Ils ne m’ont jamais expliqué ce qu’étaient réellement les préférentielles. C’est une véritable arnaque ! Je vais donc porter plainte au civil et au pénal."

Et la justice a déjà donné gain de cause à certains plaignants mais les collectifs de clients floués exigent une solution globale : l’annulation des contrats signés et la restitution de toutes les pertes financières.

Henry Delaguerrie

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK