Environnement : selon Amazon Watch, des fonds américains financent la déforestation en Amazonie

Incendies en Amazonie brésilienne, le 15 août 2020
Incendies en Amazonie brésilienne, le 15 août 2020 - © CARL DE SOUZA - AFP

Des groupes financiers américains contribuent à la destruction de l'environnement en Amazonie et aux violations des droits des indigènes en déversant des milliards de dollars dans des compagnies au comportement douteux, selon un rapport publié mardi par Amazon Watch.

Le rapport publié par l'ONG avec l'Apib, l'Association des peuples indigènes du Brésil, montre du doigt BlackRock, Citigroup, JPMorgan Chase, Vanguard, Bank of America et Dimensional Fund Advisors.

Ces groupes financiers ont au total investi plus de 18 milliards de dollars (15,2 milliards d'euros) au cours des trois dernières années dans des compagnies d'extraction minière, d'énergie ou d'agro-négoce impliquées dans "une série d'abus" dans la plus grande forêt tropicale au monde, selon le rapport.

"Des groupes financiers de premier plan (...) utilisent l'argent de leurs clients pour encourager le comportement irresponsable de compagnies impliquées dans la violation des droits des indigènes et la destruction de la forêt amazonienne", a accusé le directeur des programmes d'Amazon Watch, Christian Poirier.

"Cette complicité financière dans la destruction (de l'Amazonie) contredit les promesses en matière de droits de l'Homme faites par certaines de ces sociétés, expose leurs investisseurs à des risques importants et contribue largement aux crises mondiales croissantes en matière de biodiversité et de climat", poursuit-il.


A lire aussi Les eurodéputés réclament une loi contre la déforestation mondiale provoquée par l'Europe


Les auteurs du rapport ont étudié les investissements de ces firmes dans neuf compagnies brésiliennes et multinationales, notamment les groupes miniers Vale et Anglo American, les compagnies d'agro-négoce Cargill et JBS, et la compagnie d'énergie Eletronorte.

Ces groupes s'accaparent des terres illégalement et ont recours à la violence contre les indigènes, la déforestation et l'utilisation de pesticides dangereux, accusent Amazon Watch et l'Apib.

Greenpeace déploie une banderole géante à la Commission européenne, le 11 septembre dernier

Selon ce rapport, JBS, premier producteur mondial de viande, se fournit dans des exploitations installées sur des réserves des peuples Uru-Eu-Wau-Wau et Kayabi, en Amazonie brésilienne.

Le groupe minier Vale est de son côté accusé de contaminer de l'eau et de ne pas respecter ses engagements visant à compenser l'impact de ses activités en territoire indigène.

Ces conflits se sont traduits par une hausse des violences contre les peuples indigènes d'Amazonie, avec une augmentation l'an dernier de 135% des invasions de terres et le meurtre de sept chefs de tribu.

La plupart des compagnies montrées du doigt ont démenti toute irrégularité en Amazonie.


►►► À lire aussi Déforestation, urbanisation : comment l'humain offre de nouvelles opportunités aux virus


Vale, Cargill et JBS ont indiqué avoir présenté des éléments qui contredisent le rapport. Les groupes financiers qui investissent dans ces compagnies ont également rejeté toute irrégularité.

"La déforestation et les droits indigènes sont des questions cruciales (...) Quand les compagnies sont mal gérées ou que les progrès ne sont pas suffisants, nous (en tant qu'investisseurs) votons contre leur direction", a indiqué un porte-parole de la firme de gestion d'actifs BlackRock.

Les incendies en Amazonie (images du 26/08/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK