Environnement : cinq grands groupes s'engagent auprès de l'UE à scruter leur empreinte carbone

Image d'illustration
2 images
Image d'illustration - © MarianVejcik - Getty Images/iStockphoto

Une poignée d'entreprises, principalement de grands groupes européens, ont annoncé lundi en parallèle de la Commission européenne avoir signé avec elle un engagement volontaire pour une consommation plus "verte". Il s'agit, selon les mots du commissaire européen Didier Reynders (protection des consommateurs), de la "phase pilote" d'une nouvelle initiative de l'exécutif européen, appelée les "Green consumption pledges" ("engagements pour une consommation verte").

Cinq entreprises se sont lancées dès aujourd'hui avec un focus sur le non-alimentaire: le Groupe Colruyt (supermarchés), Decathlon (équipements sportifs), le groupe Lego (jouets), L'Oréal (cosmétiques) et Renewd, une société néerlandaise qui reconditionne des produits Apple.

Une initiative similaire sera lancée dès mardi pour le secteur alimentaire, sous l'égide de la commissaire compétente Stella Kyriakides, a indiqué Didier Reynders en conférence de presse.

Il ne s'agit pour l'instant que d'efforts volontaires de la part des entreprises, qui s'engagent en quelque sorte comme elles le souhaitent, dans le cadre des lignes directrices établies par la Commission: calcul de l'empreinte carbone de l'entreprise et de sa chaîne de production, et suivi public de l'évolution; calcul de l'empreinte de certains produits phares; augmentation des parts de produits durables dans les chiffres de vente; promotion de pratiques durables; communication continue et claire sur ces sujets.


Lire aussi : Smartphones, tablettes, ordis polluent plus que l’aviation… Que faire ?


L'engagement précis de chacune des cinq entreprises concernées est à consulter sur le site de la Commission.

 

Sujet du journal télévisé du 4 mars 2020:

La plupart indiquent des objectifs chiffrés de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. "Avant la pandémie, l'empreinte carbone moyenne d'un consommateur dans l'UE tournait autour de 7 tonnes de CO2 par an. Les autorités sont invitées à poursuivre des objectifs, mais sans engagements des entreprises, nous ne ferons pas de progrès, ni si les consommateurs ne choisissent pas d'acheter plus durable", a commenté Didier Reynders. Selon lui, des études ont montré que de nombreux citoyens aimeraient consommer de manière plus responsable, "mais ne savent pas comment".


A lire aussiPollution numérique : 5 gestes du quotidien pour réduire notre empreinte carbone sur Internet

A lire aussi : La Commission européenne met le Parlement en garde contre un affaiblissement du Pacte vert


Il est donc essentiel que les entreprises informent leurs clients de manière transparente et complète à ce sujet, et "les pledges vont dans ce sens-là", ajoute le Belge. D'autres entreprises sont invitées à se joindre à la phase pilote dans les prochaines semaines (avant fin mars), et il y aura une évaluation dans un an environ. Interrogé sur l'utilité réelle de tels engagements volontaires, le commissaire ne ferme pas la porte à de prochaines étapes plus contraignantes. "Si on peut montrer qu'on a un réel effet avec des engagements volontaires, on peut peut-être aller vers une initiative législative, pour avoir un level playing field entre tous les acteurs d'un secteur", note-t-il. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK