Enquête sur l'ingérence russe : le fidèle conseiller de Trump, Roger Stone, risque entre 7 et 9 ans de prison

Verdict ce 20 février.
Verdict ce 20 février. - © WIN MCNAMEE - AFP

Les procureurs ont requis ce lundi entre 7 et 9 ans de prison contre Roger Stone, ancien conseiller de longue date de Donald Trump reconnu coupable en novembre de mensonge au Congrès dans le cadre de l’enquête sur l’ingérence russe dans l’élection américaine de 2016.

Verdict le 20 février

Ce consultant politique haut en couleur de 67 ans connaîtra sa peine le 20 février. Il a été reconnu coupable d’avoir menti au Congrès sur ses contacts avec l’organisation WikiLeaks au sujet d’e-mails démocrates piratés lors de la présidentielle de 2016. Dans des recommandations de peine transmises à un juge fédéral lundi, les procureurs ont requis entre 87 et 108 mois de prison. "Roger Stone a entravé l’enquête du Congrès sur l’interférence russe de 2016, a menti sous serment et a subordonné des témoins. Et quand ses crimes ont été révélés par ces inculpations dans cette affaire, il a affiché du mépris pour ce tribunal et la règle de droit. Pour ça, il doit être puni", ont-ils écrit.

Ce fidèle du président américain est parmi les six membres de l’entourage, plus ou moins proche, de Donald Trump à avoir été inculpé ou condamné dans le sillage de l’enquête russe conduite par le procureur spécial Robert Mueller, qui a empoisonné la première moitié du mandat du milliardaire républicain. Au printemps 2019, Robert Mueller a rendu un rapport de près de 450 pages exonérant Trump des soupçons de collusion avec Moscou.


►►► Lire aussi : ingérence russe : le rapport n’exonère pas Trump, affirme Mueller devant le Congrès américain


Mais il s’était dit incapable de l’exonérer des soupçons d’entrave à la justice.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
Vews
en direct

La Deux

Vews