Enquête sur des rénovations somptuaires chez le président sud-africain Zuma

L'enquête du médiateur Thuli Madonsela porte sur des améliorations du système de sécurité du complexe de Nkandla, dans la province du KwaZulu-Natal (est de l'Afrique du Sud), qui comprendrait une aire d'atterrissage pour hélicoptère, des bunkers souterrains, des clôtures et une clinique, a déclaré la porte-parole, Kgalalelo Masibi, à l'AFP.

Les travaux ont coûté 21 millions d'euros, selon des documents officiels qui ont fait l'objet d'une fuite dans le journal City Press, dont 5% seulement payés par M. Zuma. Selon la presse, les règlements gouvernementaux confidentiels n'autorisent le financement public d'améliorations de la sécurité du domicile privé du président qu'à hauteur de 8.700 euros.

Citant des lois sur la confidentialité de bâtiments officiels, les autorités n'ont pas fait de déclarations sur cette affaire qui choque dans un pays où une bonne partie de la population vit dans la pauvreté. Le ministre des Travaux publics, Thulas Nxesi, a seulement expliqué vendredi que le renforcement de la sécurité devait permettre au président Zuma de recevoir des dirigeants étrangers à domicile.

Les critiques soulignent que pour recevoir des personnalités étrangères, le dirigeant dispose de trois résidences officielles à Pretoria, Durban et au Cap, ainsi que d'autres installations.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK