Enfants "volés" en RDC: plusieurs responsables belges inculpés

C’est une affaire terrible qui a commencé en 2015. Une douzaine d’enfants de 3 ou 4 ans congolais ont été enlevés à leurs parents biologiques, envoyés soi-disant en colonie de vacances par l’ONG Planet Junior. En réalité, ils ont été envoyés dans un orphelinat à Kinshasa, avant d’être mis à l’adoption en Belgique avec de faux papiers. Au moins 3 enfants sont concernés en Belgique. L’enquête a progressé aujourd’hui : sept responsables belges sont inculpés. Parmi elles, des membres ou anciens membres du cabinet de Rachid Madrane, l’ancien ministre en charge de l’adoption pour la Fédération Wallonie-Bruxelles.


►►► À lire aussi: Enfants "volés" en RDC: "Mes beaux-parents ont dit que j'avais vendu leur petite-fille"


"Des gens ont été complices de ces achats d’enfants pour des dizaines de milliers d’enfants, affirme Georges-Henri Beauthier, avocat de 2 familles d’adoption. Pas uniquement en Belgique, il y en a aussi en France, aux États-Unis et paraît-il aussi aux Pays-Bas." Selon lui, la filière belge a pu marcher "parce qu’il y avait des gens qui, dans des administrations ou des cabinets, ont participé à cette énorme horreur."

Pas uniquement qu’une Congolaise soit punie

Le parquet fédéral belge avait ouvert une enquête en 2016. Seule Julienne Pemba, la directrice de l’orphelinat Tumaini à Kinshasa, avait été inculpée de prise d’otage et de trafic d’êtres humains. Après un an de prison, cette Belgo-Congolaise avait été relâchée, et porte aujourd’hui un bracelet électronique. Pour Georges-Henri Beauthier, aujourd’hui, l’enquête est à un tournant. "Depuis le début, mes clients disent qu’ils ne veulent pas uniquement qu’une Congolaise soit punie – même si elle a eu un rôle essentiel, précise l’avocat. Ils veulent que tous les responsables de la chaîne de cette adoption truquée, de ce kidnapping, soient attraits devant le tribunal et qu’un juge décide de leur culpabilité." La Chambre du conseil décidera si oui ou non, ces 7 personnes inculpées seront renvoyées devant le tribunal correctionnel.