Energie: "La Belgique a besoin d'une vision jusqu'en 2050"

La ministre MR M-Ch Marghem affirme sa volonté d'aboutir, pour la fin 2015, à un accord avec les trois Régions sur la répartition des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
La ministre MR M-Ch Marghem affirme sa volonté d'aboutir, pour la fin 2015, à un accord avec les trois Régions sur la répartition des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. - © Belga

La Belgique nécessite une vision fédérale de son développement énergétique à l'horizon 2050, enrichie de celles des trois régions, a affirmé la ministre fédérale de l'Energie Marie-Christine Marghem à Masdar City (Emirats arabes unis), à l'occasion de la mission économique princière.

Masdar City est une ville "verte" en construction depuis 2008 dans le riche émirat pétrolier, à quelques dizaines de kilomètres de la capitale Abou Dhabi. Richement financé par l'émirat et d'autres fonds privés, le projet vise à diversifier les modes de production et consommation d'énergies en associant de multiples technologies durables. Des centres de recherche déjà établis y sont censés précéder un urbanisme sans voiture, mêlant habitat, commerce et éducation, avec pour objectif à moyen terme 40 000 habitants et 50 000 personnes venant y travailler chaque jour.

Pour la ministre fédérale de l'Energie, les Emirats font ainsi preuve de vision, facilitée par les richesses pétrolières et financières dont ils disposent. Même si la Belgique ne dispose pas de ces moyens, Mme Marghem insiste pour développer avant la fin de l'année une vision fédérale de l'énergie avec pour horizon 2050, un cap calqué sur les critères européens et qui voit largement au-delà de celui de la sortie légale du nucléaire (2025) en Belgique. La compétence de l'Energie étant partagée entre fédéral et Régions, les visions de ces dernières "enrichiront" le pacte fédéral, selon Mme Marghem. "Nous devons développer une vision commune, en reconnaissant à chacun les richesses de ses programmes", a-t-elle commenté dans la cité émiratie. Des groupes de travail ont déjà été lancés avec les Régions wallonne et bruxelloise, tandis que la réponse du gouvernement flamand à l'invitation fédérale se fait quelque peu attendre, selon le cabinet de la ministre. Le coût des choix à opérer devra aussi être considéré au regard du coût des choix posés par le passé.

"Burden sharing", le dossier qui crispe

La vision 2050 devra donc selon la ministre allier mix énergétique, coût raisonnable pour le citoyen et impact sur l'environnement. La ministre MR affirme par ailleurs sa volonté d'aboutir, également pour la fin 2015, à un accord avec les trois Régions sur la répartition des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la vente des quotas de CO2. Ce dossier, dit "burden sharing", crispe les Régions et le fédéral depuis plusieurs années déjà.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK