En Grèce, des conditions de rétention "inhumaines" pour les migrants selon le Conseil de l'Europe

Les observateurs dénoncent les pratiques à l'oeuvre, tout particulièrement dans la région d'Evros.
Les observateurs dénoncent les pratiques à l'oeuvre, tout particulièrement dans la région d'Evros. - © ARIS MESSINIS - AFP

Le comité anti-torture du Conseil de l'Europe (CPT) a vilipendé, dans un rapport au vitriol publié jeudi, les conditions "inhumaines" de rétention réservées aux migrants en Grèce, exhortant le pays à revoir sa politique d'accueil.

"La croyance que des conditions difficiles dissuaderont les migrants d'arriver en Grèce semble subsister, sans tenir compte des facteurs incitant ces gens à risquer leur vie pour entrer dans le pays", déplorent les auteurs du rapport. Si le CPT prend la précaution de souligner que le problème nécessite une "approche européenne coordonnée", il estime que cela "ne peut dispenser l'Etat grec de ses obligations en matière de droits de l'Homme".

Après une visite en mars, les observateurs dénoncent les pratiques à l'oeuvre, tout particulièrement dans la région d'Evros, la plus orientale de la Grèce, frontalière avec la Turquie, et sur l'île de Samos, séparée de la Turquie par un détroit large de seulement 1,6 kilomètre.

"Le CPT ne comprend pas comment les autorités grecques maintiennent en rétention de jeunes enfants et des bébés dans des conditions aussi traumatisantes pendant des périodes allant jusqu'à un mois, voire plus", écrivent-ils.

Au port de Samos, ils ont visité deux cellules de 42 et 32 mètres carré, accueillant respectivement 43 et 50 personnes, sans chauffage, sans éclairage et sans lits.

 

Lesbos, les migrants veulent partir: JT du 11/09/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK