En Bavière, les élections de ce dimanche réservent des surprises

En Allemagne aussi, des élections se préparent. Ce dimanche, ce sont les Bavarois qui se rendent aux urnes, pour leurs élections régionales. La Bavière, le "Freistaat Bayern", Etat libre de Bavière, est un "Land" déterminant en Allemagne, l'un des plus riches et des plus peuplés avec ses 12 millions d'habitants. Et dans cette région clé, un changement se profile : il pourrait y avoir des surprises. 

CSU et Bavière "mariés"

La CSU devrait perdre des plumes. La CSU, l'Union chrétienne-sociale, est depuis toujours LE parti de Bavière, qui rafle traditionnellement la majorité absolue à une seule exception près. Elle totalise 60 ans de pouvoir ininterrompu. Mais les sondages annoncent une plongée inédite de ce parti conservateur qui pèse sur la politique fédérale la chancelière Merkel, la forçant à faire le grand écart en permanence au risque de faire éclater sa grande coalition CDU, CSU et SPD.

La Bavière va bien : le taux de chômage est le plus bas d'Allemagne, 2,8%, l’économie est dynamique, les salaires planent et les caisses de l’Etat bavarois sont excédentaires ce qui a permis au gouvernement sortant quelques largesses : subventions supplémentaires pour les familles, pour les personnes malades, ou pour l’accession à la propriété et à la construction.

Mais la question est le score que fera la droite populiste de l'AfD : 12 à 13% selon certains sondages. La CSU a tenté de couper l'herbe sous les pieds de l'Alternative pour l'Allemagne, multipliant les sorties populistes mais sans convaincre les électeurs de l'AfD et en échaudant son électorat modéré tenté par le vote écologiste. L'AfD ferait pour la première fois son entrée au parlement de Bavière... Avec la Hesse qui vote dans deux semaines, c'était le seul parlement régional où l'AfD n'était pas encore représentée.

Les Verts pourraient aussi marquer des points, jusqu'à 18%. Ils espèrent créer la surprise comme en 2016 dans le Bade-Wurtemberg, Land voisin de la Bavière que les écologistes de Bündnis 90/Die Grünen gouvernent désormais avec la CDU.

Signe de cette spectaculaire dynamique, c'est le candidat Vert en Bavière, Ludwig Hartmann, et non celui du SPD, qui a affronté en débat télévisé le chef de l'exécutif bavarois, Markus Söder.

Berlin les yeux rivés sur Munich

Une dégringolade de la CSU l'obligerait à négocier une coalition "noire-verte" (le noir est la couleur de la CSU et de la CDU), inédite en Bavière avec les Verts.

Les résultats auront un impact sur la coalition au pouvoir à Berlin si le principal allié de la CDU est ébranlé, puisque le président de la CSU bavaroise n'est autre que le ministre de l'Intérieur du gouvernement Merkel, Horst Seehofer.

En cas de débâcle électorale dimanche, celui-ci pourrait être forcé de démissionner, avec comme conséquence l'implosion de la "Grosse Koalition". Merkel joue gros ce week-end...

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK