En Algérie, une révolte du bikini "pour défendre le droit d'être soi dans l'espace public"

Voilà un mois maintenant que la "révolte du bikini" a commencé sur la plage d'Annaba, au nord-est de l'Algérie. But de l'opération, lancée sur Facebook début juillet: protester contre les discours moralisateurs d'une frange de la société algérienne qui refuse de voir des femmes en maillot de bain. Le phénomène pourrait cependant avoir été largement exagéré, explique l'Agence France-Presse dans une dépêche publiée le 8 août.

Comme l'expliquait récemment sur France 3 Sarah Chelal, chargée de mission au réseau Euromed France (un réseau qui rassemble 41 organisations de la société civile françaises engagées dans les pays du pourtour méditerranéen) : "Un groupe de personnes a voulu dénoncer sur les réseaux sociaux les filles en bikini sur la plage. En réponse, un collectif de filles s'est créé et se donne rendez-vous à la plage pour défendre le droit d'être soi dans l'espace public."

Les participantes à cette opération citoyenne ne font rien d'illégal. Il n'y a pas de législation en Algérie interdisant le port du bikini et les femmes algériennes n'ont pas attendu le mouvement lancé sur les réseaux sociaux pour se mettre à en porter un. "Elles n'ont jamais eu de problème avec l'Etat", assure Sarah Chelal pour qui "ça part de cette idée de se réapproprier l'espace public".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK