Emprisonnée au Nicaragua, Amaya a pu rencontrer son père

Amaya se montre "forte et courageuse"
2 images
Amaya se montre "forte et courageuse" - © Tous droits réservés

Une première rencontre a enfin pu avoir lieu hier entre Frédéric Coppens et sa fille Amaya, emprisonnée à Managua. Le jeune fille, à la tête d'un groupe estudiantin de contestation, a été arrêtée le 10 septembre et accusée de "terrorisme". Son groupe dénonce les répressions musclées du régime de Daniel Ortega. Elle se savait recherchée depuis plusieurs mois.

J´ai pu embrasser et voir Amaya pendant 5 minutes

Ce mardi, la journée a été "longue et éprouvante" rapporte Frédéric Coppens sur place au Nicaragua avec Tamara, la maman d'Amaya. "Le principal, c'est que j´ai bien pu embrasser et voir Amaya pendant 5 minutes après son audience préliminaire. Par contre, Tamara n'a pas pu entrer pour une bétise bureaucratique. Je vous laisse imaginer sa déception." explique épuisé, le papa de la belgo-nicaraguéenne.

Des nouvelles rassurantes sur ses conditions d'incarcération

"L'important, c'est qu'elle va bien, qu'elle est forte et sereine. Elle m'a affirmé ne pas avoir été victime de tortures ou de mauvais traitements. Par contre, elle est accusée de terrorisme, de séquestration et de port d'arme." Pour rappel, le complexe judiciaire central de Managua a une sulfureuse réputation. Cet ancien centre de torture n'aurait jamais vraiment abandonné ses sombres pratiques.

Un transfert a été effectué

Amaya a été transférée vers une prison pour femmes à une trentaine de kilomètres de Managua. Les conditions sur place y sont décrites comme meilleures. Pour la famille, les espoirs sont plus grands de pouvoir voir plus souvent leur fille.

La consule de Belgique a aussi pu la voir hier après-midi. "Notre impression commune est d'avoir Amaya forte et courageuse." ajoute le papa. La prochaine audience est fixée, théoriquement, le 10 octobre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK