Emplois fictifs: convoquée par la police, Marine Le Pen refuse d'être entendue

Emplois fictifs: convoquée par la police judiciaire, Marine Le Pen refuse d'être entendue
Emplois fictifs: convoquée par la police judiciaire, Marine Le Pen refuse d'être entendue - © PATRICK KOVARIK - AFP

Marine Le Pen a refusé de se rendre mercredi à une convocation de la police dans l'affaire des assistants parlementaires du Front national au Parlement européen, révèle Le Monde ce vendredi. 

Confirmant l'information, la dirigeante du FN a affirmé qu'elle refuserait de répondre aux convocations de la police pendant la durée de la campagne, "cette période ne permettant ni la neutralité ni la sérénité nécessaire au fonctionnement correct de la justice."

 

Immunité parlementaire 

Pour rappel, l'enquête sur les emplois présumés fictifs au Parlement européen a connu une accélération avec la mise en examen de la cheffe de cabinet du FN, Catherine Griset, pour abus de confiance. Elle et Thierry Légier - garde du corps de Marine Le Pen - sont soupçonnés d'avoir été rémunérés par le Parlement européen en tant qu'assistants parlementaires alors qu'ils travaillaient exclusivement pour le parti - et auraient donc dû être rémunérés par lui.

Somme totale de la fraude: 339 946 euros sous forme de salaires versés entre 2010 et 2016.

En refusant de se rendre à cette convocation, la présidente du FN n'a toutefois pas pris beaucoup de risques. Son immunité parlementaire de députée européenne la protège en effet de toute mesure coercitive tant que celle-ci n'est pas levée. Il faudrait au préalable que les juges d'instruction fassent une demande de levée d'immunité, qui serait ensuite soumise au Parlement européen.

 

 

Check Point: qui veut la peau de Marine Le Pen? [VIDEO]

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK