Emmanuel Macron: "Discipline et solidarité doivent être la règle au sein du gouvernement"

Le président français Emmanuel Macron a livré jeudi lors de son premier Conseil des ministres sa conception de la méthode de l'action gouvernementale. Il a fixé comme valeurs cardinales la "solidarité", la "collégialité" et la "confidentialité".

Parmi les "règles de bon fonctionnement" figure "d'abord la solidarité nécessaire entre tous les membres du gouvernement" ainsi qu'un "travail collégial", a souligné le nouveau chef de l'Etat, cité par le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner.

Pour Emmanuel Macron, le rôle du président de la République est de "fixer la stratégie", de "donner un cap, un sens" et de préserver "les équilibres de nos institutions". "J'en suis le garant et, là-dessus, je serai intraitable", a-t-il souligné, toujours selon Christophe Castaner, estimant que le rôle du Premier ministre était d'"arbitrer".

"Le long terme est à l'Elysée, les arbitrages quotidiens ou de moyen terme sont faits à Matignon", a ajouté Emmanuel Macron à l'adresse de son gouvernement.

"Une invitation: ne changez pas !"

Le président, toujours selon Christophe Castaner, a achevé son intervention liminaire par "une invitation: ne changez pas !" "Si le président de la République et le Premier ministre ont choisi tel ou tel membre du gouvernement, c'est justement pour ce qu'ils sont", a-t-il souligné.

Tous les membres du gouvernement, y compris les deux ministres Les Républicains Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, doivent "soutenir les candidats de la majorité présidentielle" lors des élections législatives, a aussi insisté Christophe Castaner.

Un peu plus de six Français sur dix (61%) se disent satisfaits de la composition du nouveau gouvernement français, selon un sondage Elabe pour la télévision BFMTV publié jeudi. 65% des personnes interrogées estiment qu'il incarne un "renouvellement", contre 33% d'un avis contraire.

Il est "évidemment bâti pour durer" au-delà des législatives, a assuré jeudi sur France Inter son Premier ministre venu de la droite modérée, Edouard Philippe.

Le chef du gouvernement a expliqué qu'il s'impliquerait "bien sûr" dans la décisive bataille des élections législatives pour "donner au président de la République la majorité dont il a besoin".

Dans l'immédiat, Emmanuel Macron se rendra vendredi sur la base de Gao au Mali, sa première visite pour saluer les troupes françaises, pour un aller-retour dans la journée.

Les caméras ont pu filmer les quelques moments qui précédaient le conseil des ministres:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir