Elections législatives en Israël : Benjamin Netanyahu a perdu son pari face à Benny Gantz

En Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a perdu son pari. En convoquant des élections pour la deuxième fois cette année, il espérait faciliter la formation d’un gouvernement. Les résultats disponibles montrent qu’il ne pourra pas avoir une majorité avec ses alliés naturels. Son rival Benny Gantz vient même de passer devant lui.

Les résultats officiels de l’élection de mardi arrivent lentement. Depuis mardi soir, le Likoud de Benjamin Netanyahou et le parti Bleu Blanc de Benny Gantz étaient donnés à égalité. Mais ce midi, Bleu Blanc est passé devant, avec 32 sièges, contre 31 pour le Likoud. Un siège du Likoud vient de glisser en fait au profit de la troisième liste, la liste arabe unie.

Aucun gouvernement n’avait pu être formé après les élections d’avril. Est-ce que ce sera plus facile cette fois-ci?

Ce qui est clair, c’est que Benjamin Netanyahou ne peut pas former de majorité avec ses partenaires, les partis religieux et d’extrême-droite.

Le scénario le plus évoqué ce matin, c’est celui d’une coalition d’union nationale. Elle rassemblerait Bleu-Blanc de Benny Gantz, le Likoud de Benjamin Netanyahou et Israël Beitenou d’Avigdor Liebermann. Dans ce scénario, la question sensible est celle du poste de Premier ministre. Durant la campagne, Benny Gantz a martelé qu’il ne siégerait pas avec Benjamin Netanyahou. Et si les derniers résultats se confirment, son avance d’un siège sur le Likoud lui donne un avantage pour revendiquer le poste.

Si ce scénario de l’union nationale échoue, il existe une alternative. Une coalition qui rassemblerait Bleu-blanc, les partis de gauche et Israël Beitenou. Il devait alors être soutenu de l’extérieur par les élus arabes de la "Liste unie".

Le président israélien Reuven Rivlin va recevoir dans les prochains jours les têtes de listes. Il désignera ensuite celui qui a le plus de chance de former un gouvernement.

En Israël, le président consulte les députés élus qui doivent lui recommander un chef de gouvernement. Les partis arabes, hostiles au Premier ministre en poste, ont déjà suggéré qu’ils allaient s’opposer à la désignation de Benjamin Netanyahu, sans confirmer s’ils allaient soutenir celle de Benny Gantz.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK