Elections législatives en France: en marche vers une abstention record au second tour?

Elections législatives en France: en marche vers une abstention record au second tour?
2 images
Elections législatives en France: en marche vers une abstention record au second tour? - © PASCAL GUYOT - AFP

Les quelque 67 000 bureaux de vote de France ont ouvert dimanche pour le second tour des élections législatives, un scrutin qui devrait donner une écrasante majorité de députés au mouvement du président Emmanuel Macron.

Mais cette apparente victoire du parti du président ne peut cacher le niveau historique d'abstention du premier tour, qui avait atteint 51,3%. Un enjeu crucial donc, pour ce deuxième tour. D'après les estimations, le taux de participation ne sera pas meilleur, au vu de la lassitude et de la démobilisation des votants. A midi, ce taux était de 17,75%, en forte baisse par rapport à 2012 (21,41%) et 2007 (22,89%). La participation est même plus basse que lors du premier tour (19,24%).

L'autre enjeu, c'est le nombre de députés que décrochera La République en Marche, alliée au MoDEM de François Bayrou. Selon les sondages, le parti du président obtiendrai entre 400 et 450 sièges sur 577, une très large majorité absolue donc, qui inquiète certains experts. Les autres partis tenteront donc de sauver ce qui peut l'être. Pour les socialistes, 30 sièges seraient un bon score, du côte de la droite, 80 sièges seraient une réussite.

Dans tous les cas, au terme de ces élections législatives, une nouvelle page de la politique française va s'ouvrir, avec une inévitable recomposition du paysage politique.

Les législatives, c'est 577 élections différentes

Dès l'ouverture des bureaux de vote, notre envoyé spécial Marc Sirlereau est allé à la rencontre des premiers votants du XVème arrondissements de Paris, qui expliquent que, pour eux, c'est un devoir civique. Au premier tour, le taux de participation a été meilleur que la moyenne nationale dans cet arrondissement parisien en atteignant les 60%. Pour le président de bureau, le taux de votant pourrait encore être important aujourd'hui, car dit-il, ici, "il y a du suspens".

"Souvent à Paris, ça vote un petit peu plus. D'ailleurs, dans le XVème, on avait une élection un peu incertaine, avec 18 candidats. D'ailleurs, le second tour sera serré, ça va peut-être aussi mobiliser les électeurs. Le suspens influence la participation, sans doute. Au niveau national, il n'y a pas énormément de suspens, c'est sans doute pour cela qu'il n'y aura pas beaucoup de participation. Maintenant, les législatives, c'est 577 élections différentes; Selon les endroits, ça devrait voter plus ou moins."

Dans la file, un couple qui a visiblement choisi de soutenir le parti d'Emmanuel Macron. "Je pense que même si le succès pour le camp qu'on a choisi, il est important d'être là en nombre." Ces électeurs perçoivent-ils une certaine lassitude envers la politique ? "J'ai l'impression au contraire que les gens se sont réintéressés un peu à la politique. Ils n'osent pas se l'avouer, mais il me semble qu'implicitement, c'est une façon de dire à Macron 'Gouvernez-nous'".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir