Elections législatives anticipées en Autriche après l''Ibizagate", le parti conservateur favori

Quelque six millions d’Autrichiens élisent ce dimanche leur parlement. Ils ne sont pas obligés d'aller voter, en tout cas, pas au fédéral.

Il s'agit d'élections anticipées, après la chute en mai dernier du gouvernement de Sebastian Kurz, le chancelier. Il gouvernait en coalition avec le FPÖ, mais ce parti d'extrême droite a été frappé par un scandale dit d'"Ibiza". Une vidéo tournée sur l’île espagnole, montrait le chef du FPÖ, en train d'expliquer comment financer un parti de façon occulte. 

Il y a eu "Ibiza", et puis il y a eu toute une série d’affaires qui ont émaillé la campagne de ces législatives anticipées. Mais malgré cela, les sondages sont très stables. Le parti conservateur de l’ancien chancelier Sebastian Kurz est donné grand gagnant aujourd’hui. À 33 ans, il pourrait donc bientôt revenir à la tête du pays, avec un programme de baisse des impôts et de lutte contre l’immigration illégale. Pour les détails, cela dépendra de la coalition qu’il formera.

Son ancien partenaire, le FPÖ d’extrême droite, est dans une situation plus difficile, puisque le scandale a fait tomber son leader, le très populaire Heinz-Christian Strache.

Le scrutin est maintenant un test de cohésion pour le parti avec deux nouveaux dirigeants, le souriant Norbert Hofer et le provoquant Herbert Kickl.

À gauche, le parti social-démocrate  avec sa nouvelle cheffe Pamela Rendi-Wagner essaye de marquer sa différence en misant sur le thème de l’"humanité" - pas sûr que cela prenne. On attend une dynamique plus significative du côté des Verts, avec un regain d’intérêt des Autrichiens pour l’environnement, ce petit parti devrait faire son grand retour au parlement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK