Elections françaises: "Tous vainqueurs", mais certains plus que d'autres

Nicolas Sarkozy: un scrutin qui le légitimise comme président de l’UMP.
Nicolas Sarkozy: un scrutin qui le légitimise comme président de l’UMP. - © PHILIPPE DESMAZES - BELGAIMAGE

Les élections départementales en France sont le 3ème et avant-dernier scrutin intermédiaire du quinquennat de François Hollande. Au final: deux vainqueurs et un perdant pour le premier tour de ces élections.

C’est la surprise de ces départementales: le Front national n’est pas le premier parti de France, comme il l’avait été aux européennes. Pour la première fois, la dynamique de Marine Le Pen est enrayée. Le FN ne progresse pas d’une élection à l’autre. Mais il n’empêche: jamais l’extrême droite n’avait été aussi forte dans une élection locale. Le parti réussit de très bons scores dans ses fiefs: la Vendée et le Vaucluse. Marine Le Pen est en passe de réussir l’enracinement du Front national, un passage obligé avant la présidentielle.

"L’alternance est en marche"

Le second vainqueur de ce scrutin est la droite (l’UMP est ses alliés centristes). Très largement en tête, elle peut tabler sur une France des départements repeinte en bleu dimanche prochain. "Les conditions d’un basculement massif à droite sont réunies", a déclaré Nicolas Sarkozy qui remporte ainsi un beau succès depuis son retour à la tête de l’UMP en novembre dernier. Pour lui, "l’alternance est en marche et rien ne l’arrêtera." Et il ne fait aucun cadeau à son adversaire socialiste : pas de consigne de vote à ses électeurs en cas de second tour entre le PS et le FN.

La gauche, elle, est la grande perdante, alors qu’elle détenait 61 départements jusqu’ici. Une gauche partie au combat très divisée, alors que les Français, ceux qui sont allés voter, ont manifesté leur volonté de sanctionner le gouvernement. Le Premier ministre a appelé à faire barrage au front national. Il s’est réjoui que le FN ne soit pas le premier parti de France. Preuve, selon lui, que la stratégie de campagne du PS a été efficace.

Réponse de la bergère au berger : "Au vu du score, Manuel Valls doit remettre sa démission" a jugé Marine Le Pen.

Dans des centaines de cantons, le candidat socialiste est éliminé dès le premier tour. Des centaines de "mini 21 avril."

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK