Elections européennes : quels enjeux à trois semaines du scrutin ?

Elections européennes: quels enjeux?
Elections européennes: quels enjeux? - © FREDERICK FLORIN - AFP

Quatre Européens sur 10 ne savent pas que dans trois semaines, ils seront amenés à voter pour les élections européennes. La campagne électorale a commencé. On entend beaucoup les partis d’extrême droite ou proches de l’extrême droite, moins les partis traditionnels. Quelles sont les propositions qu’ils mettent en avant pour attirer les votes ?

Environnement

Axel Dauchez, directeur de la plateforme citoyenne make.org, a sondé les attentes des Européens issus de 27 Etats membres. En pôle position, on retrouve la protection de l’environnement. Cette thématique apparaît également dans la plupart des programmes des partis belges.

Camille Kelbel, chercheuse à l’Université catholique de Lille, les a attentivement feuilletés. Elle constate une nette occurrence du terme « climat » dans les discours politiques belges. Mais, elle distingue des différences sur le fond :

« Il y a différents usages de cette thématique. Et, c’est quand même Ecolo qui a les propositions les plus concrètes notamment sur les mécanismes pour garantir le respect des normes environnementales. Mais, on peut aussi citer le PTB ou le PS qui associent objectifs en matière sociale et climatique. », analyse Camille Kelbel.

Transparence

Selon la plate-forme citoyenne make.org, la transparence du système institutionnel européen arrive en deuxième position : « Cela tourne autour de la lutte contre la corruption et de la probité des élus », détaille Axel Dauchez.

Immigration

La migration, elle, ne serait que la troisième inquiétude des Européens. « L’immigration a été proposée de nombreuses fois mais n’est pas apparue comme un consensus. On est drogué à des questions fermées qui trompent comme celles dans les eurobaromètres (enquêtes d’opinion menées régulièrement dans l’Union). Il est temps de changer la perspective et de regarder là où les gens ont envie d’aller plutôt d’essayer de croire qu’on est capable de savoir ce qu’ils pensent. », défend Axel Dauchez.

Camille Kelbel, chercheuse à l’Université catholique de Lille, observe, elle, peu de changement dans l’usage de la thématique migration dans les programmes des différents partis politiques : « On parlait tout autant de migrations il y a 5 ans sauf, peut-être, au MR qui utilise plus ce terme dans son programme 2019 qu’auparavant. »

Chômage des jeunes

Une autre préoccupation des Européens pour ces élections est la lutte contre le chômage des jeunes. Cette thématique est pourtant absente de nombreux programmes politiques belges. Pour Camille Kelbel, c’est sur ce sujet que l’on observe le plus grand décalage entre l’intérêt des citoyens et celui des partis politiques :

« Cela s’explique peut-être par le fait qu’on est dans une période où le chômage est plutôt en déclin. Les partis ont peut-être l’impression qu’ils ont déjà beaucoup fait. Il y a quand même quelques idées notamment, le PTB qui propose une allocation d’insertion plus étendue. Le PS propose une réforme au droit du chômage mais tout ça c’est plutôt au niveau national. On voit mal en fait sur cette question comment on va pouvoir proposer des choses plus englobantes qui pourraient s’appliquer à tous les Etats membres. »

Flou artistique

Une fois tous ces programmes parcourus, on ne peut s’empêcher de constater que lorsqu’il s’agit de politique européenne les propositions des partis politiques belges restent floues. Camille Kelbel y voit une forme de prudence :

« Si les propositions des partis paraissent floues, c’est parce qu’elles doivent prendre en compte le jeu politique, les blocages institutionnels. Les partis ne peuvent pas se permettre d’être clairs parce que ce serait en quelque sorte hypocrite envers les électeurs. », conclut la chercheuse de l’Université catholique de Lille.

Découvrez l’intégralité de l’interview de Camille Kelbel et d’Axel Dauchez, dans La Semaine de l’Europe sur Auvio.

Toute l’actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d’information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK