Elections européennes: les raisons de l'abstention record

RTBF
RTBF - © RTBF

C'est plus une méfiance et un désintérêt envers la chose politique en général plutôt qu'une défiance vis-à-vis de l'Europe en particulier qui a conduit au taux d'abstention record de 57% lors des élections européennes du 7 juin 2009.

Telle est la conclusion principale d'un large sondage mené par le Parlement européen entre le 12 juin et le 6 juillet 2009 auprès de quelque 27 000 Européens.

Selon cette étude d'opinion, 28% des abstentionnistes expliquent leur attitude par un manque de confiance dans le monde politique en général, la conviction que "voter ne change rien" (17%), ou un désintérêt pour la chose politique (17%).

Dix pour cent des électeurs qui sont restés chez eux le 7 juin dernier l'ont fait, avouent-ils, parce qu'ils ne connaissent pas suffisamment l'Union européenne.

En réalité, seuls 8% des électeurs qui ont boudé les urnes l'ont fait pour exprimer leur mécontentement envers l'action du Parlement européen.

La moitié des abstentionnistes sondés affirment d'ailleurs soutenir l'idée européenne.

L'abstentionniste-type est légèrement plus féminin que masculin (44% des hommes ont voté, contre 42% des femmes), jeune (seuls 29% des 18-24 ans ont voté contre 50% des plus de 55 ans) et appartenant aux couches socio-économiques moins favorisées.

Parmi les sondés qui ont déclaré avoir des difficultés à payer leurs factures à la fin du mois, ils sont  66% des sondés à ne pas avoir voté le 7 juin dernier.

Le boycott, une décision tardive

Ils sont 16% a avoir décidé de s'abstenir d'aller voter le jour de l'élection.

La plus forte abstention aux européennes fut enregistrée en Slovaquie (80,4%), devant la Lettonie (79%) et la Pologne (75,5%).

Bien que le vote soit obligatoire en Belgique, seuls 90,4% des électeurs se sont rendus dans les bureaux de vote, un chiffre en retrait de 0,42% par rapport au scrutin européen de 2004.

Quant aux Européens qui ont voté le 7 juin dernier, 41% d'entre eux avaient la croissance économique comme principale motivation, devant l'emploi (37%) et le futur des pensions (22%).

Le vote de protestation était privilégié par 11% des électeurs, et 5% des sondés ont voté pour "sanctionner leur gouvernement national".

La moitié des sondés, surtout parmi les plus âgés, précisent voter toujours pour le même candidat ou parti, tandis que 21% ont fait leur choix plusieurs mois avant le scrutin, 13% durant les semaines précédentes, et 9% durant les derniers jours.

Pour 6% des sondés, le choix du parti ou du candidat s'est opéré le jour même. L'étude n'offre malheureusement pas de chiffres nationaux plus détaillés.

Le résumé de l'étude est consultable sur le site du Parlement européen.

(Belga)

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK