Elections en Turquie: Recep Erdogan sur tous les front de l'AKP

Le président turc se démultiplie dans la campagne des prochaines élections législatives. Ici dans un centre d'hippothérapie à Ankara.
Le président turc se démultiplie dans la campagne des prochaines élections législatives. Ici dans un centre d'hippothérapie à Ankara. - © AFP

Dans une semaine, le 7 juin, les électeurs turcs sont appelés à se rendre aux urnes pour les élections législatives. L'AKP, le Parti de la justice et du développement de Recep Erdogan, part favori. Il est au pouvoir depuis plus de treize ans. Mais il sera peut être contraint de former une coalition pour s'y maintenir. Et il veut une majorité suffisante pour réviser la Constitution. A sept jours du scrutin, le président du pays Recep Tayyip Erdogan met les bouchées doubles. Il organise un grand rassemblement samedi à Istanbul.

L'objectif, c'est de soutenir l'AKP, le parti au pouvoir. C'est vrai qu'il part favori, mais selon les derniers sondages, il récolterait autour des 40%. C'est beaucoup moins qu'en 2011. L'usure du pouvoir, sans doute. Une économie en panne aussi. Et puis, ce n'est pas assez pour réformer la constitution. Parce que c'est là l'enjeu personnel de ces élections pour le président. Il espère que l'AKP obtienne les deux tiers de l'Assemblée pour réformer la constitution et ensuite transformer le régime parlementaire en un régime présidentiel. Cela lui donnerait plus de pouvoir encore.  Mais pour cela, il faut convaincre les indécis, donner un coup de pouce au Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu qui manque de charisme et de popularité. Recep Tayyip Erdogan fait donc campagne pour l'AKP, il est partout dans les médias, inaugure dans le pays des chantiers ou des ouvrages publics. Ce samedi il organise avec le Premier ministre un rassemblement à Istanbul.

Et qu'importe ce que dit la constitution, à savoir que le président doit rester neutre. 

Aline Wavreille  

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK