Elections en Roumanie: le pro-européen Iohannis annoncé gagnant par les sondages

Le libéral Klaus Iohannis a remporté avec une large avance dimanche un second mandat présidentiel en Roumanie, selon deux sondages réalisés à la sortie des urnes.

Cet ancien professeur de physique de 60 ans a recueilli entre 64,8% et 66,5% des voix, selon ces sondages, infligeant la défaite la plus sévère à un candidat du principal parti de gauche depuis la chute du régime communiste il y a trente ans. Viorica Dancila, la dirigeante du Parti social-démocrate (PSD) et adversaire du chef d'Etat sortant, totaliserait entre 33,5% et 35,2% des voix. Mme Dancila a dirigé le gouvernement pendant près de deux ans avant d'être renversée en octobre par le Parlement.

"J'ai voté pour une Roumanie moderne, européenne, normale", a déclaré M. Iohannis aux journalistes. Il était arrivé largement en tête au premier tour le 10 novembre, avec 38% des suffrages. 

La mobilisation était forte parmi les 4 millions de Roumains vivant à l'étranger, dont plus de 560.000 avaient voté, alors que les urnes s'étaient ouvertes dès vendredi matin pour eux. "J'ai voté en pensant à mes enfants qui ont émigré aux Etats-Unis, j'espère qu'ils vont rentrer en Roumanie, trouver un emploi ici", dit à l'AFP Elena, 70 ans, une retraitée. Cristina, 42 ans, qui travaille dans la santé, espère que la "démocratie prévaudra, pour que les Roumains puissent enfin vivre en paix" et tourner la page des crises à répétition provoquées ces dernières années par les sociaux-démocrates (PSD).

Mme Dancila, 55 ans, propulsée sur le devant de la scène par Liviu Dragnea, l'ancien chef du parti social-démocrate (PSD) aujourd'hui incarcéré pour corruption, a axé sa campagne sur la "défense des Roumains". Après 21 mois chaotiques, le gouvernement Dancila a été renversé en octobre par le Parlement et remplacé par un cabinet de centre droit sous la houlette du Parti national libéral (PNL), dont est issu M. Iohannis. Cette brutale sortie de scène a affaibli la candidature de l'ex-Première ministre dans un contexte où le PSD, qui a dominé la vie politique roumaine depuis 1990, a multiplié les revers après sa victoire aux législatives de 2016.

Un pays qui change

Durant ses presque trois années de cohabitation houleuse avec la gauche, Klaus Iohannis s'est livré à une guerre d'usure pour entraver la réforme du système judiciaire menée au pas de charge par le PSD. Décriée par Bruxelles comme portant atteinte à l'Etat de droit et contestée des mois durant par des dizaines de milliers de manifestants, cette réforme a coûté au PSD plus d'un million de voix, estime le sociologue Alin Teodorescu.

Les sociaux-démocrates, héritiers de l'ancien parti communiste, ont même perdu en popularité dans leurs bastions de la campagne. L'émigration et l'accès à internet, qui ont permis aux Roumains de découvrir l'Europe de l'ouest, ont modifié leurs préférences électorales, au détriment du PSD, explique l'anthropologue Vintila Mihailescu.

Il y a deux semaines, Mme Dancila avait recueilli moins de 3% des voix parmi les émigrants en quête de meilleures conditions de vie. "Les partis politiques devront offrir quelque chose de tangible à ces Roumains de la diaspora qui ne pourront plus être achetés avec des cadeaux électoraux. Ils veulent des autoroutes, des services médicaux de qualité pour leurs familles restées au pays", souligne le sociologue Sebastian Lazaroiu.

Septième pays le plus peuplé de l'Union européenne avec 19,4 millions d'habitants, la Roumanie affiche de profondes disparités entre centres urbains dont le niveau de vie se rapproche des standards européens et zones rurales parmi les plus pauvres du continent. Près d'un Roumain sur deux vit à la campagne.

Ces dernières années, la Roumanie a enregistré de forts taux de croissance économique (7% en 2017 et 4,1% en 2018), dopée par des hausses des retraites et des salaires dans le secteur public octroyées par le PSD. Mais ces largesses ont suscité l'inquiétude de l'UE et du Fonds monétaire international (FMI) qui ont mis en garde contre une explosion du déficit.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK