Elections en RDC: la Cour constitutionnelle rejette le recours électoral de Martin Fayulu

La Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo (RDC) a rejeté dimanche le recours de l'opposant Martin Fayulu contre le résultat de l'élection présidentielle du 30 décembre, en le considérant comme "non fondé".

Dans son arrêt, lu par le juge Noël Kilomba, la Cour estime que Martin Fayulu n'a "pas apporté la preuve" que les résultats annoncés par la Commission électorale (Céni) déclarant vainqueur l'autre opposant Félix Tshisekedi n'étaient pas conformes à la réalité. "Seule la Céni a produit des résultats authentiques et sincères", a assuré le juge constitutionnel, reprenant la plupart des arguments de la même Céni.

Selon les résultats provisoires proclamés le 10 janvier par la Céni, Félix Tshisekedi a devancé avec 38,5% des voix l'autre opposant Martin Fayulu (34,8%), très loin devant le candidat du pouvoir, Emmanuel Ramazani Shadary (23%). Le juge s'est montré souvent très sévère envers la requête de Martin Fayulu. Il a ainsi jugé "imprécise et absurde" sa demande d'un recomptage des voix.

Le juge a justifié l'annulation de l'élection dans deux régions (Beni-Butembo à l'Est et Yumbi à l'Ouest) comme des "cas de force majeure", alors que cette annulation était contestée par Martin Fayulu. La Cour doit ensuite proclamer les résultats définitifs de l'élection présidentielle.

Une délégation de l'Union africaine (UA) avait demandé jeudi la "suspension" de la proclamation des résultats définitifs, parce qu'elle considère que ceux annoncés par la Commission électorale (Céni) sont entachés de "doutes sérieux".

Je me considère désormais comme le seul président légitime

En réponse à la décision de la Cour constitutionnelle, Martin Fayulu s'est déclaré "seul président légitime" et a demandé dimanche à la communauté internationale de ne pas reconnaître Félix Tshisekedi, officiellement proclamé vainqueur de l'élection présidentielle.

"Je me considère désormais comme le seul président légitime de la République démocratique du Congo", a déclaré Martin Fayulu juste après le rejet de son recours et la proclamation de la victoire de son adversaire par la Cour constitutionnelle. "Dès lors, je demande au peuple congolais de ne pas reconnaître tout individu qui se prévaudrait illégitimement de cette qualité, ni obéir aux ordres qui émaneraient de lui", a-t-il lancé, revendiquant la victoire avec 60% des voix.

"Je demande par ailleurs à l'ensemble de la communauté internationale de ne pas reconnaître un pouvoir qui n'a ni légitimité ni qualité légale pour représenter le peuple congolais", a-t-il ajouté. Martin Fayulu a appelé les Congolais à organiser "des manifestations pacifiques sur toute l'étendue du territoire national" pour protester contre la décision de la Cour constitutionnelle.

"Ce n'est ni plus ni moins qu'un coup d'Etat constitutionnel car il porte à la magistrature suprême un non-élu", a-t-il insisté. Martin Fayulu accuse Félix Tshisekedi d'être "totalement complice" d'un "putsch électoral" organisé par le président sortant Kabila.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK