Elections en Centrafrique : trois casques bleus burundais tués

Un convoi de la Minusca à Bangui
Un convoi de la Minusca à Bangui - © ALEXIS HUGUET - AFP

Trois casques bleus burundais ont été tués en Centrafrique par des "combattants armés non identifiés", a annoncé vendredi l'Onu. Des élections présidentielle et législatives doivent se tenir dimanche dans le pays.

"Trois casques bleus du Burundi ont été tués et deux autres blessés à Dékoa" (centre), a précisé l'Onu, en condamnant des attaques menées par "des combattants armés non identifiés". Les attaques se sont produites à Dékoa et Bakouma (sud).

La tenue des élections en Centrafrique, un pays ravagé par la guerre civile et au territoire encore contrôlé aux deux tiers par des groupes armés est un enjeu majeur pour le président sortant Faustin Archange Touadéra, grand favori, et la communauté internationale. La coalition rebelle avait décrété mercredi un "cessez-le-feu unilatéral" de trois jours arrivant à échéance avant le vote, tout en demandant au président Touadéra de "suspendre les élections dont les conditions de bon déroulement n'ont jamais été réunies".

Mais M. Touadéra s'est montré déterminé dans son refus de tout report. En outre, Ange-Maxime Kazagui, porte-parole du gouvernement, avait réagi jeudi en dénonçant "un non-événement", disant à l'AFP n'avoir pas constaté de volonté des rebelles de "s'arrêter dans leurs actions".

Fermeture des bureaux de vote, ce 27 décembre à Bangui, la capitale:

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK