Elections en Afghanistan: le choix des femmes

femmes prêtent à voter
femmes prêtent à voter - © pixnio

Ce samedi, près de 9 millions d’Afghans seront appelés aux urnes pour renouveler la chambre du Parlement. 2500 candidats se présentent pour 249 sièges. Parmi eux, 16% de femmes.

Menaces de mort, intimidation, voter et encore plus se présenter sur les listes électorales quand on est une femme en Afghanistan relève de la gageure. A l’image de Zhargona Baloch, 35 ans. Mère de 8 enfants, diplômée en économie. Elle fait campagne à Kandahar, région très conservatrice et connue pour avoir hébergé le Mollah Omar, seigneur de guerre et chez des Talibans jusqu’à sa mort en 2013. Interrogée par les équipes de France 3, Zhargona explique: "Kandahar est conservatrice. Traditionnellement, les femmes ne font pas de politique, mais les gens et les mentalités changent".

Comme n’importe quel autre candidat, cette mère va de meeting en meeting. Affrontant les regards et les remarques. Son message semble passer. Plusieurs hommes ont en effet déclaré qu’ils voteraient pour un bon candidat, homme ou femme et que seul celui qui travaille pour le peuple et pour résoudre les problèmes des gens compte !

Des femmes, pour les femmes

A Kaboul, même combat pour Maryam Sama. Elle distribue des tracts avec le sourire et s’adresse aux hommes sans craindre les représailles. Elle n’a que 26 ans. Mais les Afghans la connaissent bien. Elle est présentatrice de télévision.  "Si je gagne, je veux créer un comité juridique spécifique pour les femmes. Quand on voit notre situation en Afghanistan, on sait que nous avons besoin d’une attention particulière pour nos droits." 

Un discours partagé par de nombreuses autres candidates. Comme Sahar Soheila, directrice d’une école privée de Kaboul. "Bien sûr que c’est difficile pour les femmes, mais je n’ai pas peur. Si on ne bouge pas, on ne changera jamais les choses", soupire-t-elle au micro de France Inter. Alors elle a choisi la voie des réseaux sociaux pour faire passer son message et son programme. Moins risqué que les meetings.

Un record encourageant

En Afghanistan, rien n’est simple, surtout pour les femmes. La société reste profondément patriarcale. La tradition leur impose encore de rester éloigné de la sphère publique. Pourtant ce scrutin a quelque chose d’historique. 417 femmes se présentent face à l’électeur.

Elles étaient 328 en 2005, 406 en 2010. Depuis la chute des Talibans, la constitution prévoit en effet de favoriser la participation des femmes à la vie politique du pays. Sur les 249 sièges du Parlement, 68 leur sont réservés. 

"La participation des femmes au processus électoral est essentielle pour la crédibilité des élections", soulignait récemment, dans un communiqué, la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan. 

Dix candidats, dont une femme, ont été tués depuis le début de la campagne électorale. Les talibans ont clairement déclaré vouloir faire échouer le scrutin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK