Elections Brésil: "Votez contre la gauche ou je mets la clé sous le paillasson!"

Elections Brésil: "Votez contre la gauche ou je mets la clé sous le paillasson!"
Elections Brésil: "Votez contre la gauche ou je mets la clé sous le paillasson!" - © Tous droits réservés

Il s’appelle Luciano Hang. A 55 ans, cet homme d’affaires brésilien est à la tête de l’entreprise Havan, une chaîne de grands magasins présente dans 15 états. L’homme compte des milliers d’employés répartis dans 114 enseignes à travers tout le pays. Depuis le début de la campagne présidentielle, il affiche sa couleur et un numéro, le 17. Le numéro du candidat d’extrême-droite Jair Bolsonaro.

>>> À lire aussi : qui est Jair Bolsonaro, le "Trump tropical" aux portes du pouvoir au Brésil?

Depuis plusieurs jours, l’homme suscite la polémique. Dans une vidéo, il menace de mettre la clé sous le paillasson si la gauche remporte l’élection présidentielle.

"Si nous ne votez pas, si vous annulez votre vote, si vous votez blanc, (...) après le 7 octobre malheureusement notre pays deviendra comme le Venezuela. Je vous le dit, je jetterai l’éponge. J’ai toujours été enthousiaste, avec des objectifs, mais je vous le dit Havan repensera son plan d'expansion. Peut-être que nous n’ouvrirons plus de magasins. Et si nous n’ouvrons plus de magasins, ou que nous nous retirons, serez-vous préparés à cela ? Vous qui rêvez d’être gérant et de croître avec Havan, vous pouvez imaginer que tout cela s’arrête le 7 octobre ? Et qu’Havan puisse un jour fermer ses portes et licencier ses 15.000 collaborateurs ? "

Tollé sur la toile

Virulent, emporté, l’homme ajoute : "Mon rêve d’avoir dans 4 ans, 200 magasins, 30.000 collaborateurs directs, 150.000 indirects. Ce rêve va s’effondrer. Vous serez responsable. Alors du fond de mon cœur, (…) je compte sur chacun d'entre vous. Le 7 octobre votez 17, Bolsonaro."

Sur la vidéo, largement partagée sur les réseaux sociaux, le chef d’entreprise apparaît avec un tee-shirt vert sur lequel il est écrit "Le Brésil que nous voulons, dépend de nous". En haut de l’image, un large bandeau avec le nom Bolsonaro et son numéro de candidat.

L’image a provoqué la colère et l’indignation de nombreux brésiliens. Au point que l’homme d’affaires a dû diffuser un communiqué dans lequel il tente d’apaiser la tension. "A aucun moment, je n’ai contraint mes employés à voter pour Bolsonaro. Nous avons fait un sondage en interne et constaté que 30% des employés pensaient voter blanc ou nul. (…) C’est en pensant aider ces indécis que je leur ai demandé de se positionner, car nous sommes tous responsables du futur du Brésil."

A cette polémique s’ajoute une autre. Sur Facebook, le patron apparait avec un tee-shirt jaune à l’effigie de Jair Bolsonaro. On le voit tenir un discours devant des employés. Ceux-ci apparaissent également avec le tee-shirt portant le message "Le Brésil que nous voulons, ne dépend que de nous".

En proie à la critique

Selon un activiste brésilien connu, Anderson França, "le patron d’Havan a obligé ses employés à s’habiller en vert et on peut voir clairement leur gêne au moment d’écouter ce discours maladif".

147 millions de Brésiliens sont appelés aux urnes ce dimanche. Les bureaux ont ouvert à 13h (heure belge), ils fermeront à minuit. Les résultats devraient tomber quelques heures plus tard.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK