Syrie: le groupe EI s'empare de champs gaziers, des morts à Palmyre

Combats près de Palmyre ce dimanche
2 images
Combats près de Palmyre ce dimanche - © STR - AFP

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) s'est emparé lundi de deux champs gaziers près de la ville syrienne antique de Palmyre, où au moins cinq civils dont deux enfants ont été tués par des obus, a rapporté une ONG.

Les champs d'Al-Hél et d'Arak, respectivement à 40 et 25 km au nord-est de Palmyre, étaient importants pour le régime de Bachar al-Assad qui, privé des champs dans l'est de la Syrie sous contrôle de l'EI, utilisait ce gaz pour alimenter ses régions en électricité.

Les combats pour la prise des champs ont fait 56 morts en 24 heures dans les rangs de l'armée, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Le champ d'Al-Hél est le deuxième champ en importance après celui de Chaer contrôlé par le régime, dans la province de Homs (centre).

Au total, depuis le début le 13 mai de l'offensive jihadiste pour prendre Palmyre, près de 370 personnes ont péri en majorité des combattants des deux bords. Ce bilan inclut aussi 62 civils, a indiqué l'ONG syrienne.

Une source de sécurité syrienne a cependant affirmé que "l'on ne peut parler de contrôle de ces champs car l'EI est incapable de rester trop longtemps dans une position. Nous les pourchassons et les bombardons".

A la périphérie de Palmyre, les violents combats se sont poursuivis entre les troupes du régime et l'EI qui tente de capturer cette ville vieille de plus de 2000 ans située dans le désert syrien, limitrophe de la frontière irakienne, selon l'OSDH.

Importance stratégique

La ville de Palmyre en Syrie est stratégique pour les jihadistes de l’État islamique. Palmyre, ce sont notamment des ruines antiques, un trésor archéologique. L'importance stratégique de Palmyre est identique aujourd'hui qu'au début de l'ère chrétienne.

"Palmyre est une ville qui permet de contrôler le désert syrien. C’est la porte vers l’Euphrate, vers Deir ez-Zor aujourd’hui, Europos Doura dans l’Antiquité, c’est le débouché de ce que l’on appelle la trouée de Homs. Quand on contrôle cela, on a évidemment toute la voie vers l’orient, mais quand on vient de l’est, quand on vient d’Irak, c’est bien évidemment la voie vers Damas et vers la Méditerranée", explique Didier Vier, professeur d'archéologie à l'ULB.

"C’est donc un élément tout à fait stratégique que Dioclétien (empereur romain du IIIème siècle après JC, NDLR) déjà y mettait déjà la première légion illyrienne. Et Daech -qui prétend à ce point annuler l’Histoire, pour annuler probablement une manière de concevoir l’homme occidental- s’inscrit tout simplement comme tout le monde dans cette Histoire de la conquête de la Syrie".

RTBF 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK