Egypte: un général justifie des tests de virginité sur des manifestantes

Des militaires sur la place Tahrir, au Caire, le 5 février 2011, durant les manifestations contre Hosni Moubarak
Des militaires sur la place Tahrir, au Caire, le 5 février 2011, durant les manifestations contre Hosni Moubarak - © Marco Longari (archives AFP)

Un haut responsable de l'armée égyptienne a justifié les "tests de virginité" pratiqués sur des manifestantes arrêtées par des militaires par la nécessité selon lui d'éviter des accusations de viol, a déclaré dimanche Amnesty International dans un communiqué.

Ce sujet a été évoqué par le secrétaire général d'Amnesty, Salil Shetty, lors d'une rencontre au Caire avec le chef du renseignement militaire, le général Abdel Fattah al-Sisi.

"Des tests de virginité ont été pratiqués pour protéger l'armée contre des accusations possibles de viol", a déclaré selon le communiqué le général, également membre du Conseil suprême des forces armées (CSFA) qui dirige le pays depuis la démission sous la pression populaire du président Hosni Moubarak en février.

Ce général est le premier militaire égyptien identifié a reconnaître cette pratique, toutefois déjà admise sous couvert de l'anonymat par d'autres officiers supérieurs, qui avaient invoqué la même raison pour la justifier.

Le général a toutefois souligné "la nécessité de changer la culture des forces de sécurité et a donné des assurances que des instructions avaient été données de ne pas utiliser la violence contre les manifestants et de protéger les détenus des mauvais traitements", selon l'organisation de défense des droits de l'Homme.

Il a aussi ajouté que "l'armée n'a pas l'intention de détenir des femmes à nouveau". Amnesty pour sa part réaffirme son opposition aux "tests forcés de virginité quelles que soient les circonstances".

AFP

Et aussi

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK