Egypte: un an après la chute d'Hosni Moubarak, la rue gronde toujours

Manifestation lors du procès d'Hosni Moubarak.
Manifestation lors du procès d'Hosni Moubarak. - © EPA

Voici exactement un an, Hosni Moubarak annonçait sa démission. Douze mois plus tard, les Egyptiens n'ont toujours pas retrouvé la liberté tant attendue. Et descendent aujourd'hui dans les rues pour exiger le départ du Conseil militaire au pouvoir.

Le 11 février 2011, à 18h, la télévision d'Etat égyptienne interrompt ses programmes, pour annoncer la démission du président Hosni Moubarak. Omar Souleimane, vice-président, l'indique dans une déclaration courte mais historique.

La foule massée sur la place Tahrir, dans le centre du Caire, laisse exploser sa joie. Des milliers de manifestants dansent, chantent, se donnent l'accolade, et lèvent les mains en signe de prière. Les scènes de liesse, sous le regard des militaires, se répètent rapidement dans toute l'Egypte.

Après l'annonce de la démission, de nombreuses rumeurs circulent sur Hosni Moubarak. On apprend finalement que le président déchu se réfugie dans son palais isolé de Charm El-Cheikh, à 400 kilomètres de la capitale. Après 18 jours de révolte populaire en Egypte, le Raïs quitte le pouvoir après 30 ans d'un règne sans concession.

Un an plus tard, les protestations se poursuivent

Douze mois plus tard, le sentiment qui règne dans la rue égyptienne est bien différent. Les citoyens sont déçus et la désillusion est grande. Les Egyptiens sont déçus par tout ce qui a été entrepris durant cette année. La transition politique, orchestrée par le Conseil des forces armées, est à leurs yeux bien trop longue. Pour eux, le Conseil n'est pas valable et doit quitter le pouvoir.

Les conditions économiques sont également déplorables. Le secteur touristique est en perpétuel déclin.

Pour l'homme de la rue, l'un des principaux problèmes, c'est que sur le plan politique, la page Hosni Moubarak n'est pas encore définitivement tournée. D'aucuns dénoncent un accord tacite passé entre le Conseil militaire et Hosni Moubarak lors de son départ voici un an. Aujourd'hui, ces militaires promettent de partir en juin prochain. Mais pour les Egyptiens, ce départ doit se faire dès demain.

Un an après le départ du Rais, les citoyens égyptiens devraient descendre dans les rues. Pas pour célébrer leur liberté retrouvée mais pour protester.

PIAB, avec Nicolas Willems, Pascal Claude et Marion Touboul

Et aussi

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK
JT 19h30
en direct

La Une

JT 19h30