Egypte: premiers morts lors de manifestations

RTBF
RTBF - © RTBF

Au moins 15 000 personnes ont participé ce mardi, au Caire, à des manifestations pour des réformes marquées par des affrontements avec la police. A Suez, il y a eu deux morts alors qu'un policier perdait la vie dans la capitale.

À l'initiative de mouvements d'opposition, environ 15 000 manifestants hostiles au pouvoir ont défilé au Caire notamment aux abords de bâtiments officiels du centre-ville. Ces rassemblements ont marqués par des affrontements entre les manifestants et les forces de l'ordre. Près de 30 000 policiers étaient mobilisés dans la capitale pour faire face à ces rassemblements. La police a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau contre les manifestants.

Deux manifestants ont été tués et 77 personnes blessées lors de heurts avec la police mardi à Suez (nord de l'Egypte), et un policier est mort des suites de blessures au Caire, a-t-on appris de sources médicales et sécuritaires.

Les deux manifestants de Suez sont décédés après des heurts marqués par des jets de pierres contre la police, qui a répliqué avec de tirs de gaz lacrymogènes, selon des sources médicales et de sécurité.

Le policier au Caire a succombé après avoir été battu par des manifestants lors d'un rassemblement dans le centre ville, selon la sécurité égyptienne.

Comme en Tunisie, un mouvement de protestation lancé sur internet grâce aux réseaux sociaux

Comme en Tunisie, internet a servi de vecteurs aux manifestations. Facebook, Twitter et You Tube ont joué le rôle de caisse de résonance dans ce mouvement de protestation. Des rassemblements qui mobilisent en grande partie des jeunes.

Twitter serait censuré en ce moment en Egypte afin d'emêcher la circulation d'informations selon le site 24heuresactu

Cette journée de manifestations a reçu le soutien de l'opposant Mohamed El Baradei, ancien responsable de l'Agence internationale de l'énergie atomique. Parallèlement, le Wafd, premier parti d'opposition laïque, ainsi que les Frères musulmans, ne se sont pas officiellement associés à ce mouvement. Ils ont néanmoins annoncé que leurs jeunes militants pourraient se joindre aux cortèges.

Le pouvoir égyptien craint le risque de contagion à la tunisienne. Après la chute de Ben Ali en Tunisie, beaucoup d'Egyptiens souhaitent la fin du régime d'Hosni Moubarak, qui règne sur le pays depuis 30 ans.
La colère de la population égyptienne s'est amplifiée ces derniers jours. Plus de 40% de la population égyptienne vit avec moins deux dollars par jour et par personne.

Plusieurs immolations par le feu ont eu lieu ces derniers jours en Egypte, rappelant l'événement déclencheur la révolte en Tunisie. Les manifestations de ce mardi constituent une nouvelle étape en Egypte.

 

JFH et Nicolas Willems

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK