Egypte: les bureaux sont ouverts pour une nouvelle phase des élections

Un policier fait le trafic devant le panneau d'un candidat aux élections législatives égyptiennes, le 13 décembre 2011 au Caire
Un policier fait le trafic devant le panneau d'un candidat aux élections législatives égyptiennes, le 13 décembre 2011 au Caire - © Mohammed Abed (AFP)

Les bureaux de vote ont ouvert mercredi à 08h00 locales (06h00 GMT) dans un tiers de l'Egypte, appelée à participer à son tour à des législatives dont la première phase a été marquée par une forte domination des partis islamistes.

Des files d'attente se sont formées avant même l'ouverture des bureaux de vote à Guizeh, une banlieue du Caire, moins importantes toutefois que celles constatées au tout début du scrutin, le 28 novembre dernier, selon des journalistes de l'AFP.

Les opérations de vote doivent durer jusqu'à 19h00 (17h00 GMT) et se poursuivre jeudi dans un tiers des gouvernorats du pays, notamment Suez (nord-est), Assouan (sud) et Guizeh (qui englobe une grande partie de l'ouest du Caire), soit 18,8 millions d'électeurs.

Un second tour doit avoir lieu les 21 et 22 décembre dans ces gouvernorats

Sayyed, 26 ans, un chef cuisinier qui vote dans un quartier proche des pyramides à Guizeh affirme qu'il est pour les salafistes de Al-Nour (la Lumière) "parce que c'est le meilleur parti".

"Je suis très content parce que c'est la première fois que je vote", ajoute-t-il.

"C'est important pour moi de venir parce que je veux voter pour un changement dans le pays, un changement de régime", affirme de son côté Amr Monafi, un comptable de 45 ans, qui refuse toutefois de dire le parti de son choix.

La première phase du vote, qui avait concerné notamment Le Caire, Alexandrie (nord) ou Louxor (sud) avait été marquée par un raz-de-marée des formations islamistes, qui avaient remporté au total 65% des suffrages, et entendent désormais consolider leurs gains.

Les Frères musulmans étaient arrivés en tête avec 36% des voix, les salafistes (fondamentalistes sunnites) réalisant une percée surprise avec 24% des suffrages.

Le dernier tiers du pays votera en janvier pour élire ses députés, puis débutera jusqu'en mars l'élection de la Choura (chambre haute consultative du parlement).

Cette élection dans un pays pionnier du "printemps arabe" fait suite à celles tenues en Tunisie et au Maroc, où les islamistes ont également remporté des succès.

Le futur Parlement devra former une commission chargée de rédiger la nouvelle Constitution de l'Egypte, le pays le plus peuplé du monde arabe avec plus de 80 millions d'habitants.

La perspective d'un Parlement contrôlé par les islamistes a provoqué l'inquiétude des milieux libéraux et celle de la communauté copte (chrétiens d'Egypte).

Un polémique oppose également l'armée aux Frères musulmans sur les prérogatives du Parlement, notamment en matière de rédaction de la Constitution et de cohabitation avec un exécutif aux mains des militaires en attendant un président élu.

AFP
Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK