Egypte: la foule oblige un général à quitter la place Tahrir

Un manifestant égyptien sur la place Tahrir le 15 juillet 2011
Un manifestant égyptien sur la place Tahrir le 15 juillet 2011 - © AFP PHOTO/MOHAMED HOSSAM

Les manifestants rassemblés sur la place Tahrir au Caire ont pris à partie ce samedi l'un des chefs de l'armée qui tentait de s'adresser à eux, le contraignant à rebrousser chemin.

Le général Tarek al-Mahdi, membre du Conseil suprême des forces armées (CSFA), qui dirige l'Egypte depuis la chute du président Hosni Moubarak en février, a déclaré à la télévision d'Etat qu'une "minorité" de protestataires l'avait chahuté pendant qu'il faisait un discours, tandis que d'autres avaient tenté de s'interposer pour le protéger.

Des témoins ont raconté que le général avait dû écourter sa visite après avoir été raillé par des manifestants scandant des slogans antimilitaristes.

Protestations antimilitaristes

Un responsable de l'armée a dit à l'AFP que le général Mahdi avait quitté la place Tahrir, théâtre de manifestations à nouveau quotidiennes depuis le 8 juillet dernier, après quelques "protestations" contre sa présence.

Des milliers de personnes ont manifesté ce vendredi dans toute l'Egypte, et en particulier sur cette place emblématique du mouvement qui a renversé Hosni Moubarak, pour pousser le CSFA à des réformes.

Une transition qui se fait attendre

Les Egyptiens qui ont participé à cette journée de mobilisation baptisée "vendredi du dernier avertissement" entendaient réclamer un plan clair et transparent pour la transition au sommet de l'Etat, accusant les militaires de s'être accaparé le pouvoir.

Longtemps silencieux face à la colère de la rue, le CSFA a assuré ce mercredi soutenir la révolution et ses idéaux.

Le Premier ministre Essam Sharaf doit quant à lui présenter ce lundi un nouveau gouvernement pour tenter d'apaiser la contestation.

AFP

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK