Egypte: les Frères musulmans ne vont pas manifester contre le régime

Un blessé dans un affrontement avec les forces de l'ordre place Tahrir au Caire
2 images
Un blessé dans un affrontement avec les forces de l'ordre place Tahrir au Caire - © KHALED DESOUKI (AFP)

Lundi soir, le gouvernement de transition a remis sa démission, alors que le pays approche des premières élections de l'après-Moubarak. Une trentaine de contestataires égyptiens ont perdu la vie depuis le week-end dernier.

Plusieurs villes d'Egypte sont le théâtre de manifestations (violemment réprimées) contre les officiers qui ont pris le devenir du  pays en main voici neuf mois.

Depuis le week-end dernier, les opposants égyptiens sont redescendus dans les rues, celles de plusieurs grandes villes du pays la capitale, Le Caire, étant une fois encore le foyer de la contestation qui se présente comme la suite des événements du début de l'année. Des manifestations contre les officiers supérieurs qui ont pris le contrôle du  pays après le renversement du président Moubarak, ces manifestations sont sévèrement réprimées. Cette nuit, des affrontements continuaient à opposer les manifestants à la police et aux forces armées. Ces dernières ont exprimées lundi leurs regrets pour les pertes de vies humaines (26 à 33 selon les sources) et demandé un retour à la sérénité. La répression aurait fait en outre quelque 1900 blessés.

Aujourd'hui, un mot d'ordre de manifester contre le régime a été lancé, une manifestation à laquelle ne devraient pas participer les Frères musulmans. Cette confrérie est très puissante en Egypte et dit, ce matin, ne pas vouloir d'une aggravation de la situation. Pour ce cercle religieux fort structuré, l'actuel pouvoir militaire serait responsable de l'insécurité, une manière de défendre la place prépondérante de l'armée et de lui conserver ce rôle d'arbitre alors que les cercles politiques définissent les contours du futur Etat égyptien.

Sur le plan politique précisément, le gouvernement de la transition aurait remislundi sa démission au Conseil militaire suprême. Mais le doute subsiste quant à l'attitude du pouvoir que d'aucuns disent à la recherche d'un nouveau premier ministre.

Willy Vandervorst

Et aussi

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK