Egypte: l'armée donne 48h pour trouver une solution politique, sinon...

"Morsi n'est plus notre président, Sissi avec nous", ont scandé les manifestants, en référence au général Abdel Fattah al-Sissi, chef de l'armée et ministre de la Défense, dont la photo est apparue à l'écran pendant la lecture de la déclaration télévisée du commandement militaire.

L'armée égyptienne a prévenu ce lundi qu'elle interviendrait si les revendications du peuple n'étaient pas satisfaites dans les prochaines 48 heures, suite aux manifestations massives pour le départ du président Mohamed Morsi.

"48 heures, comme dernière chance"

Dans un message lu à la télévision, le commandement militaire a "réitéré sa demande pour que les revendications du peuple soient satisfaites" et a "donné (à toutes les parties) 48 heures, comme dernière chance de prendre leurs responsabilités face aux circonstances historiques auxquelles le pays fait face".

"Si les revendications du peuple ne sont pas satisfaites durant cette période, (les forces armées) annonceront une feuille de route et des mesures pour superviser leur mise en oeuvre", selon cette déclaration.

Le mouvement Tamarrod (rébellion en arabe), à l'origine de manifestations monstre de dimanche, a estimé que "l'armée s'est rangée au côté du peuple". Les Frères musulmans, la formation d'où vient M. Morsi, se sont contentés de déclarer qu'ils "étudiaient" la déclaration militaire.

Quatre membres du gouvernement ont quant à eux présenté leur démission, accroissant l'isolement de M. Morsi.

L'armée, qui avait pris pour un an et demi les rênes de l'exécutif entre le départ de M. Moubarak et l'élection de M. Morsi en juin 2012, avait déclaré la semaine dernière par la voix du général Sissi qu'elle ne laisserait pas le pays "plonger dans un tunnel sombre de conflit et de troubles".

RTBF avec agences

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK