Attentat en Egypte: l'armée réplique, Sissi accuse l'"étranger"

Conseil de défense présidé par Abdel Fattah al-Sisi le 24 octobre 2014 à Sheikh Zuweid, dans le nord du Sinaï
3 images
Conseil de défense présidé par Abdel Fattah al-Sisi le 24 octobre 2014 à Sheikh Zuweid, dans le nord du Sinaï - ©

L'Egypte a décrété vendredi un état d'urgence de trois mois sur une partie de la péninsule du Sinaï, quelques heures après qu'un kamikaze a tué 30 soldats en précipitant sa voiture bourrée d'explosifs sur un barrage de l'armée situé dans la région. Le président Abdel Fattah al-Sissi a accusé des "soutiens de l'étranger" samedi, tandis que l'armée répliquait en menant des frappes aérienne.

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière visant les forces de l'ordre depuis que l'armée a destitué en juillet 2013 le président islamiste Mohamed Morsi. Depuis plus d'un an, l’Égypte est le théâtre d'attentats visant policiers et soldats, revendiqués principalement par des groupes jihadistes qui disent agir en représailles à la sanglante répression que le nouveau pouvoir mène contre les partisans de Mohamed Morsi depuis sa destitution.

Vendredi dans la matinée, le kamikaze a lancé sa voiture chargée d'explosifs sur le barrage militaire situé au nord-ouest d'Al-Arich, le chef-lieu de la province du Nord-Sinaï, selon des responsables des forces de l'ordre s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.

L'attaque a tué au moins 30 soldats et fait 29 blessés, d'après des responsables médicaux, qui ont précisé que parmi les blessés se trouvaient un haut responsable de l'armée et cinq officiers.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a promulgué après cet attentat un état d'urgence de trois mois sur une partie du nord et du centre de la péninsule du Sinaï, dans un périmètre allant de la ville de Rafah, sur la frontière avec la bande de Gaza palestinienne, jusqu'à l'ouest d'Al-Arich, selon un communiqué de la présidence.

"L'armée et la police prendront toutes les mesures nécessaires pour faire face aux dangers du terrorisme et à son financement, préserver la sécurité dans la région (...) et protéger les vies des citoyens", selon le décret présidentiel qui prévoit également un couvre-feu.

Abdel Fattah al-Sissi, qui a annoncé un deuil national de trois jours, a décidé de tenir samedi une réunion avec le haut commandement de l'armée pour "prendre des mesures d'urgences sur le terrain".

L’Égypte a décidé de fermer dès samedi et jusqu'à nouvel ordre le terminal frontalier de Rafah, l'unique point de passage vers Gaza qui n'est pas contrôlé par Israël.

"Des soutiens de l'étranger"

L'Union européenne et les États-Unis ont condamné l'attentat de vendredi. Les autorités américaines "soutiennent les efforts du gouvernement égyptien pour contrer la menace terroriste dans le pays", a déclaré Washington.

Malgré cette condamnation internationale, le président Abdel Fattah al-Sissi a accusé samedi "des soutiens de l'étranger" d'être derrière l'attentat. L'attentat de vendredi "a bénéficié de soutiens de l'étranger", a-t-il affirmé sans élaborer, à l'issue de la réunion avec le haut commandement de l'armée.

Le président a estimé que cette attaque visait à "briser la volonté du peuple égyptien (...) et de l'armée, le pilier de l'Egypte."

La réunion d'Abdel Fattah al-Sissi avec le haut commandement militaire a conduit à la formation "d'un comité de hauts responsables de l'armée pour étudier les circonstances des récentes attaques terroristes dans le Sinaï et en tirer des leçons, afin de renforcer la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes dans tout" le pays, selon un communiqué de la présidence.

En juillet, 22 soldats avaient été tués dans une attaque contre un poste de contrôle militaire dans l'ouest de l’Égypte, près de la frontière avec la Libye. Et en août 2013, peu après l'éviction de Mohamed Morsi, 25 policiers avaient péri dans le Sinaï lorsque des hommes armés avaient tiré à la roquette et à l'arme automatique sur deux minibus de la police se dirigeant vers la ville de Rafah.

Frappes aériennes

Samedi matin, l'armée a mené des frappes aériennes dans des zones du nord du Sinaï considérées comme des bastions jihadistes, tuant huit combattants, selon des responsables de la sécurité.

Et de nouveaux barrages de sécurité ont été installés dans les villes de Rafah et de Sheikh Zouweid, dans le nord du Sinaï, ont indiqué des témoins à l'AFP, s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

Pour étouffer l'insurrection jihadiste qui sévit dans le nord du Sinaï, l'armée mène depuis plus de deux ans une vaste offensive dans cette région montagneuse et désertique jouxtant Israël et la bande de Gaza.

Mais même si les militaires annoncent régulièrement avoir tué des dizaines de "terroristes", leurs opérations n'ont pas pour autant enrayé les attaques meurtrières.

"Les forces stationnées (dans le nord-Sinaï) n'ont ni les compétences ni la formation nécessaire pour confronter" les jihadistes, estime Ismaïl Alexandrani, expert des groupes islamistes et du Sinaï.

Quant à l'état d'urgence, "ces procédures sont appliquées de manière informelle depuis un an et demi et elles n'ont fait aucune différence", note-t-il.

Multiplication des attaques

Dans un incident séparé vendredi, des hommes armés ont tué un officier et blessé un soldat à un barrage au sud d'Al-Arich, selon des responsables.

D'abord cantonnées au nord du Sinaï, les attaques jihadistes ont ensuite gagné le delta du Nil et la capitale.

Mercredi, au moins six policiers et trois passants avaient déjà été blessés par l'explosion d'une bombe près de l'université du Caire.

Ansar Beït al-Maqdess (Les Partisans de Jérusalem, en arabe), un groupe jihadiste basé dans le nord du Sinaï, a revendiqué la plupart des attentats visant les forces de sécurité depuis l'été 2013. Ce groupe a récemment exprimé son "soutien" à l'organisation terroriste État islamique (EI), qui s'est emparée de larges territoires en Irak et en Syrie.

Il dit agir en représailles à la sanglante répression anti-islamiste menée par les autorités.

Depuis la destitution du président islamiste, plus de 1400 de ses partisans ont été tués, notamment lors de la répression de manifestations. Des centaines de pro-Morsi ont été condamnés à mort ou à de très lourdes peines dans des procès de masse expédiés en quelques minutes - qualifiés par l'ONU de "sans précédent dans l'histoire récente" du monde -, tandis que 15 000 autres ont été emprisonnés.

Le gouvernement justifie sa répression en accusant la confrérie des Frères musulmans, dont est issu Mohamed Morsi, d’être derrière les attaques, ce que le groupe dément.

L'organisation vieille de plus de 80 ans, qui avait largement remporté toutes les élections organisées après la révolution de 2011, a été déclarée "terroriste" après un attentat pourtant revendiqué par Ansar Beït al-Maqdess.

RTBF avec AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK